NOUVELLES

Wall Street, inquiète face à la Chine et la Fed, en nette baisse

24/06/2013 04:40 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

Wall Street a terminé dans le rouge lundi, continuant à subir de plein fouet l'évocation par la banque centrale américaine (Fed) d'un prochain resserrement monétaire et ébranlée par les craintes d'un ralentissement de la Chine: le Dow Jones a cédé 0,94% et le Nasdaq 1,09%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 139,84 points à 14.659,56 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 36,49 points à 3.320,76 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a abandonné 1,21% ou 19,34 points à 1.573,09 points.

"Le marché envoie un signal clair à la Fed: son idée de ralentir les mesures d'assouplissement monétaire ne passe pas au vue des conditions actuelles", notammment alors que "la croissance économique mondiale est au ralenti", a estimé Michael Gayed de Pension Partners.

Les places financières mondiales sont de fait en proie à une grande nervosité depuis les déclarations la semaine dernière de Ben Bernanke, le patron de la Fed, évoquant la réduction prochaine du programme de rachats massifs de bons du Trésor et de titres hypothécaires.

Cette annonce a déclenché une hausse brutale des taux d'intérêt qui inquiète le marché. Mais lundi, après avoir atteint de nouveaux sommets en cours de séance, le marché obligataire s'est détendu, ce qui a permis aux indices de Wall Street d'effacer une partie de leurs pertes.

La Bourse de New York a également été aidée par des commentaires de plusieurs responsables de la Fed, qui ont tenté d'atténuer les craintes des investisseurs en insistant sur le fait que les réductions des mesures de soutien étaient liées à l'amélioration de l'économie américaine.

Se sont aussi ajoutées lundi les craintes de voir la croissance économique de la Chine, la deuxième puissance économique mondiale, ralentir en raison d'un tarissement des liquidités dans le pays.

La Bourse de Shanghai a ressenti de plein fouet cette anxiété et dévissé de 5,30%, sa plus forte baisse depuis le 31 août 2009.

La Banque centrale chinoise a en effet indiqué qu'elle n'était pas disposée à injecter à court-terme de l'argent frais supplémentaire sur les marchés alors même que les taux de crédit interbancaire, auxquels les banques se prêtent de l'argent au jour le jour, ont bondi ces deux dernières semaines.

Le marché obligataire, indécis, a terminé sans direction. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a avancé à 2,548% contre 2,514% vendredi soir, et celui à 30 ans a légèrement reculé à 3,559% contre 3,567%. Ces taux avaient grimpé en cours de séance à de nouveaux plus hauts depuis août 2011, respectivement jusqu'à 2,657% et 3,630%.

jum/ppa/rap

PLUS:afp