NOUVELLES

Wall Street dans le rouge, fragilisée par les inquiétudes sur la Chine

24/06/2013 09:55 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

La Bourse de New York chutait lundi à l'ouverture, fragilisée par le repli sur les places asiatiques où les investisseurs s'inquiètent d'une crise de liquidités en Chine, et par la poussée des taux d'intérêt: le Dow Jones cédait 1,14% et le Nasdaq 1,40%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 169,33 points à 14.630,07 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 47,15 points à 3.310,10 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 1,44% ou 22,96 points à 1.569,47 points.

Wall Street avait terminé sans direction vendredi, le marché, toujours ébranlé par les récentes annonces de la banque centrale américaine, ne parvenant pas à rebondir franchement au lendemain de sa pire séance de l'année: le Dow Jones avait gagné 0,28% mais le Nasdaq avait cédé 0,22%.

"L'humeur maussade des marchés a été renforcée en ce début de semaine par la faiblesse des marchés asiatiques", selon Patrick O'Hare de Briefing.com.

La Bourse de Shanghai a notamment dévissé de 5,30%, sa plus forte baisse depuis le 31 août 2009, les acteurs du marché s'inquiétant pour le niveau de liquidités en Chine.

Les taux de crédit interbancaire, auxquels les banques se prêtent de l'argent au jour le jour, a en effet bondi ces deux dernières semaines pour atteindre un niveau à deux chiffres jeudi avant de quelque peu se détendre vendredi.

La Banque centrale chinoise a toutefois indiqué qu'elle n'était pas disposée à injecter à court terme de l'argent frais supplémentaire sur les marchés.

Or le tarissement des liquidités pousse les banques chinoises à limiter leurs prêts, ce qui fait craindre un net ralentissement de la deuxième économie mondiale.

Ces inquiétudes sont venues s'ajouter à l'instabilité des places financières mondiales suscitée par les déclarations la semaine dernière de Ben Bernanke, le président de la banque centrale américaine (Fed), annonçant la réduction prochaine des mesures de soutien monétaire à l'économie américaine.

"Les marchés sont fébriles à l'idée que les banques centrales sont en train d'adopter une posture moins accomodante", a relevé M. O'Hare. "Cela ne veut pas forcément dire qu'elles vont faire moins, juste qu'elles font savoir qu'elles sont de plus en plus réticentes à en faire plus."

La perspective de voir la Fed réduire son programme de rachats massifs de bons du Trésor et de titres hypothécaires a d'ailleurs comme effet une brusque poussée des taux d'intérêt aux Etats-Unis, "traduisant le malaise de Wall Street face aux conséquences" des récentes annonces de l'institution monétaire, ont souligné les experts de Charles Schwab.

Le rendement du bon du Trésor à 10 ans grimpait à 2,623% contre 2,514% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,616% contre 3,567%, leur plus haut niveau depuis août 2011.

jum/ppa/mdm

PLUS:afp