NOUVELLES

Silvio Berlusconi reconnu coupable de prostitution de mineure

24/06/2013 11:38 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

MILAN - Un tribunal de Milan a reconnu lundi l'ancien premier ministre de l'Italie Silvio Berlusconi coupable d'avoir eu des relations sexuelles avec une prostituée mineure lors des fameuses fêtes qu'il organisait à sa villa, et d'avoir ensuite usé de son pouvoir pour étouffer l'affaire.

Berlusconi, qui est âgé de 76 ans, a été condamné à sept ans d'emprisonnement. Il a également été frappé d'une interdiction à vie d'occuper une charge publique.

Cette interdiction pourrait mettre un terme à 20 ans de carrière politique pour «le Cavaliere», qui a toutefois la possibilité de porter sa cause en appel devant deux autres instances avant que sa peine ne soit définitive.

Silvio Berlusconi n'occupe aucun poste officiel dans l'actuel gouvernement italien, mais il demeure influent au sein de la coalition qui a fini par émerger au Parlement après les élections peu concluantes de février dernier.

Karima el-Mahroug, la jeune Marocaine au centre du scandale mieux connue sous son surnom de «Ruby», et le politicien ont tous les deux nié avoir eu des relations sexuelles ensemble.

L'avocat de Berlusconi, Niccolo Ghedini, a immédiatement annoncé qu'il ferait appel et a affirmé que la peine était aussi prévisible qu'injuste.

«C'est incroyable», a déclaré Me Ghedini aux journalistes à l'extérieur de la salle d'audience au sujet de la peine, qui est encore plus sévère que les six ans de prison et l'interdiction à vie de détenir une charge publique qu'avaient réclamés les procureurs au départ.

«Je suis calme parce que je dis depuis trois ans que ce procès n'aurait jamais dû avoir lieu ici», a ajouté l'avocat.

Les accusations contre le magnat de la presse milliardaire découlent des soirées «bunga bunga» qui se sont déroulées en 2010 à sa luxueuse résidence située près de Milan, où il a reçu plusieurs jeunes filles lorsqu'il était premier ministre.

Le politicien soutient qu'il s'agissait d'élégantes réceptions, alors que les procureurs assurent que ces fêtes étaient des orgies où les femmes étaient payées pour être présentes.

En octobre dernier, Silvio Berlusconi a été reconnu coupable de fraude fiscale et condamné à quatre ans de prison, plus cinq ans d'interdiction d'exercer une fonction publique.

PLUS:pc