NOUVELLES

Manifestations en Turquie: Erdogan félicite les policiers pour leur «héroïsme»

24/06/2013 07:17 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

ANKARA, Turquie - Le premier ministre de la Turquie a écarté du revers de la main lundi les critiques formulées par des groupes de défense des droits humains, soutenant que les policiers avaient été «héroïques» dans leurs interventions pour réprimer les manifestations anti-gouvernementales des dernières semaines.

Prenant la parole devant des diplômés d'une école de police lors d'une cérémonie à Ankara, Recep Tayyip Erdogan a affirmé que c'était les protestataires et non les policiers qui avaient été violents et félicité les forces de sécurité pour le contrôle dont elles avaient fait preuve au cours des événements.

Les manifestations ont commencé à la suite de l'occupation d'un parc situé sur la place Taksim, à Istanbul, et se sont rapidement transformées en mouvement de contestation national contre M. Erdogan, qui est au pouvoir depuis 10 ans.

Le leader turc a déclaré qu'un complot étranger visant à déstabiliser la Turquie était à l'origine des troubles.

Au moins quatre personnes, soit trois manifestants et un policier, ont été tués. Les groupes de défense des droits humains accusent la police d'avoir usé d'une force excessive contre les contestataires.

Par ailleurs, l'Allemagne et d'autres pays européens ont adopté un ton conciliant lundi concernant les pourparlers sur l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Berlin a bloqué la prochaine étape des discussions, mais le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a indiqué juste avant de rencontrer ses homologues de l'Union européenne lundi qu'il ne fallait pas que le dialogue soit interrompu.

Certains pays, dont la Suède et la Belgique, ont affirmé que l'organisation devait voir au-delà de la situation politique actuelle et tenir compte de ses intérêts à long terme.

PLUS:pc