NOUVELLES

Les inondations éveilleront les consciences au climat, espère un écologiste

24/06/2013 09:08 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Les importantes inondations ayant frappé le sud de l'Alberta devraient établir de nouveaux records canadiens en matière de dégâts, autant sur le plan des coûts que des évacuations.

La sévérité de la catastrophe pousse un ancien haut conseiller fédéral en environnement à espérer que le gouvernement Harper se «sorte la tête du sol» lorsqu'il est question de changements climatiques.

Selon David McLaughlin, l'ancien directeur de la désormais disparue Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie, les inondations albertaines sont une importante mise en garde à propos des événements météorologiques extrêmes, et de la nécessité de s'y préparer.

S'il est possible de débattre des causes des changements climatiques, M. McLaughlin affirme qu'il est évident que la planète se réchauffe en produisant des catastrophes météorologiques extrêmes: inondations, tornades, sécheresses, verglas, longues vagues de chaleur ou coups de froid.

Toujours selon l'ex-dirigeant, si les changements surviennent habituellement trop lentement pour attirer l'attention, les inondations albertaines pourraient représenter un changement dans la façon dont les gens voient la question climatique.

Sur le plan des dommages à la propriété et des vies chamboulées, ces inondations semblent être sans précédent.

Le gouvernement albertain estime que 120 000 personnes ont dû quitter leur logis depuis le début de la catastrophe la semaine dernière — et d'autres pourraient devoir évacuer alors que les autorités s'attendent à de nouvelles crues.

Au dire de M. McLaughlin, les coûts très élevés des dégâts provoqués par les inondations en Alberta — qui pourraient être défrayés à 90 pour cent par Ottawa — pourraient forcer les sceptiques, dont le gouvernement conservateur, à revoir leur position sur la question des changements climatiques.

PLUS:pc