C'est l'impasse dans les négociations entre l'Association de la construction du Québec (ACQ) et l'Alliance syndicale, dont les quelque 175 000 membres sont en grève depuis une semaine. Les discussions, qui se sont poursuivies jusqu'à tard dans la nuit de dimanche à lundi, n'ont rien donné.

Un représentant de l'Alliance syndicale affirme que les négociations sont rompues et ajoute que les représentants syndicaux feront le point sur la situation aujourd'hui lors d'une conférence de presse, probablement en début d'après-midi.

Interrogée à sa sortie des bureaux montréalais du ministère du Travail, la négociatrice en chef de l'ACQ, Lyne Marcoux, s'est contentée de dire qu'elle était « déçue qu'il n'y ait pas d'entente ». Puis, lundi matin, l'ACQ a annoncé sur son compte Twitter que les négociations étaient rompues depuis 2 h 30.

C'est un problème à la table du secteur industriel, commercial et institutionnel qui aurait mené à l'échec des négociations dans tous les secteurs.

Dimanche après-midi, le conciliateur Julien Perron avait suspendu les négociations, demandant aux représentants syndicaux et patronaux de réfléchir. Or, M. Perron avait rapidement recontacté les deux parties, incitant celles-ci à conclure une entente de principe rapidement.

Les deux parties s'étaient d'abord réunies à la table de négociation vendredi matin, au lendemain d'une intervention de la ministre du Travail, Agnès Maltais.

Les sujets sur lesquels achoppent les négociations sont les salaires, la rémunération des heures supplémentaires, les horaires de travail et la mobilité de la main-d'œuvre.

Selon certaines estimations, le conflit coûte au moins 13 millions de dollars par jour aux entrepreneurs.

La première ministre Pauline Marois, qui doit s'envoler mercredi pour le Mexique, a déjà dit qu'elle n'hésiterait pas à recourir à une loi spéciale pour forcer les travailleurs à revenir sur les chantiers dans le cas où les deux parties seraient incapables de s'entendre, évoquant les nombreux projets d'envergure actuellement paralysés par le conflit de travail.

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • L'entrée du chantier, à deux pas de la station de métro Vendôme

  • La sécurité est une priorité sur le site.

  • Le futur stationnement des employés du CUSM.

  • L'entrée principale du nouveau CUSM.

  • L'entrée des urgences pour les ambulances, située à l'arrière du bâtiment.

  • La future porte de sortie des ambulances.

  • Le <em>hall </em>d'accueil et le stationnement intérieur réservé aux ambulances.

  • Les deux médecins chefs des urgences pour enfants et adultes

  • Le futur plateau central des urgences pour enfants, réservé aux équipes médicales.

  • Les chambres de consultation individuelles seront directement accessibles depuis le plateau central pour les équipes médicales.

  • Les familles accèderont aux chambres de consultation, sans passer par le plateau central.

  • Le couloir réservé aux familles.

  • Le hall d'entrée des urgences, vu depuis l'accueil des urgences pour enfants.

  • La porte d'entrée des urgences pour enfants.

  • Le guichet d'accueil des urgences pour enfants.

  • Le guichet d'accueil des urgences pour adultes.

  • Les chambres de consultation des urgences pour adultes seront accessibles depuis le hall d'accueil.

  • Le plateau médical des urgences pour adultes, qui dessert toutes les chambres de consultation.

  • Les chambres de consultation des urgences pour adultes sont en cours d'aménagement. Ici, le premier équipement médical a été installé.

  • Les futurs ascenseurs seront plus modernes...

  • Une salle de douche en cours d'installation.

  • La porte d,accès entre le stationnement des ambulances et les urgences pour adultes.

  • L'entrée du Centre du cancer du CUSM.

  • L'entrée principale de l'hôpital pour enfants.

  • Le CUSM sera directement connecté aux trains de banlieue et au métro de Montréal.

  • La facade du futur CUSM.