NOUVELLES

Albanie: le président presse les électeurs de penser aux liens avec la planète

22/06/2013 10:01 EDT | Actualisé 22/08/2013 05:12 EDT

TIRANA, Albanie - Le président de l'Albanie a mis les électeurs en garde, samedi, pour que ceux-ci se rappellent des «liens du pays avec le monde» lors d'élections parlementaires considérées comme un test crucial de la capacité de cet État pauvre de tenir des élections justes.

Le premier ministre conservateur Sali Berisha tente d'obtenir un troisième mandat, mais fera face à une forte opposition de la part du leader socialiste Edi Rama lors du vote de dimanche. Les deux visent à développer des relations plus étroites avec l'Union européenne, et éventuellement que le pays en devienne membre. L'UE exige d'ailleurs de vastes réformes et un historique électoral amélioré de la part d'un pays qui était récemment l'un des plus isolés de la planète.

Tel que requis par la loi, les politiciens ont interrompu leur mois de campagne à la veille du scrutin. Bien que la campagne ait été relativement calme — contrairement aux autres élections, fréquemment émaillées de violences — l'Occident s'inquiète de la possibilité de fraudes.

La campagne a été marquée par une dispute à propos de la commission électorale nationale, après que les démocrates au pouvoir en eurent remplacé un membre, et que l'opposition eut retiré l'ensemble de ses délégués en guise de protestation. Cela signifie que la commission ne sera pas en mesure de certifier les résultats électoraux, laissant potentiellement planer le doute sur l'issue du vote.

Certaines informations font également état de fonctionnaires, et même d'enfants d'âge scolaire, subissant de la pression pour participer à des rassemblements pro-gouvernementaux.

Le président Bujar Nishani a pressé les électeurs de penser à «l'Albanie et à son avenir».

«Nous devrions correctement considérer l'importance qu'a le vote de demain (dimanche) sur nos liens avec la planète, à laquelle notre liberté, notre prospérité, notre destin présent et futur sont étroitement liés.»

Quelque 3,3 millions d'électeurs devront choisir parmi plus de 6900 candidats provenant de 66 partis politiques qui tentent de remporter 140 sièges au Parlement. Quatre cent observateurs internationaux et plus de 8000 observateurs locaux surveilleront le scrutin.

La date du dévoilement des résultats est incertaine.

PLUS:pc