NOUVELLES

Décision du tribunal d'arbitrage : « désastreux et révoltant », dit Labeaume

21/06/2013 01:20 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

Le maire Labeaume se scandalise de la décision du tribunal d'arbitrage, qui donne raison aux cols bleus dans le dossier de la privatisation de la collecte des ordures et oblige la Ville de Québec à verser plus de 1,5 million de dollars au Syndicat des employés manuels.

Une décision qui, dit-il, menotte les mains des administrateurs de la Ville de Québec. Le maire affirme que les contribuables seront pénalisés par cette décision.

« Pour nous autres, c'est désastreux, mais c'est surtout révoltant. Ce qui est révoltant, c'est que les payeurs de taxes doivent payer plus cher que ce que ça vaut. On est capable de payer moins cher pour ces services-là dans le privé qu'à la Ville », affirme-t-il.

Régis Labeaume accuse les cols bleus d'empêcher son administration de faire d'importantes économies et de mener ses plans à terme. La Ville, déplore-t-il, devra continuer à entretenir des employés inutilement. Ce dernier note que déjà 624 postes, de 80 000 $, ont été abolis et que la Ville réalise ainsi une économie annuelle de 50 millions de dollars, sans nuire à la qualité des services aux citoyens.

« Quand je vous dis qu'on est capable de faire plus avec moins, on est en train de l'appliquer, mais là, ça vient de finir ici avec les bleus. Pourquoi on paierait des employés dont on n'a pas besoin? Pourquoi on paierait plus cher des services à la Ville avec de gros fonds de pension qu'avec le privé? Quel individu normalement constitué accepterait de payer plus cher pour rien? », lance-t-il.

Le maire accuse le syndicat de « nombrilisme corporatif » et demande aux cols bleus de laisser tomber certaines clauses de la convention collective.

Il note, par ailleurs, que la cause ne peut être portée en appel. Aussi, la Ville devra soit négocier avec le syndicat ou, affirme le maire Labeaume, demander au gouvernement de « mettre ses culottes ».

Le syndicat des employés manuels contestait la décision de la Ville de confier au privé la collecte des ordures pour les arrondissements de La Cité-Limoilou, Des Rivières et de la Haute-Saint-Charles.

En octobre dernier, l'arbitre avait statué que la Ville avait violé la convention collective en agissant ainsi. Elle avait privé les cols bleus de 130 000 heures de travail.

Le dossier est important pour les travailleurs manuels. Rappelons que les cols bleus ont déjà déposé un grief pour contester l'octroi par la Ville de Québec de contrats d'horticulture et d'entretien ménagé au secteur privé.

PLUS:rc