Vous partez en vacances. Vite, vous emportez un ordinateur portable pour être joignable en tout temps. Hors des heures de travail, votre téléphone cellulaire est tout près au cas où. Après tout,  il ne faudrait surtout rien manquer… ou pas?
 
Selon un sondage Harris Interactive pour le compte d’Expedia.ca, près de 60% des Québécois vérifient leur boîte de courriels ou consultent leur messagerie vocale en vacances. Un constat qui ne surprend guère les spécialistes du milieu.
 
«Il devient de plus en plus difficile de décrocher, soutient Luc Brunet, professeur à l’Université de Montréal en psychologie du travail et des organisations. Nous vivons dans une culture de l’immédiat qui exige que l’on réponde aux courriels toutes les cinq minutes.»  Du combiné de sa maison de campagne, il fait remarquer qu’il est typiquement nord-américain d’éprouver un sentiment de culpabilité en vacances. «Il est normal de prendre des vacances, c’est une partie du contrat de travail. En Europe, c’est presque sacré de partir pendant quatre semaines.»
 
Ne pas imposer de limites à la culture de l’instantané en pendant les congés nuirait donc au repos tant mérité, au point d’en revenir encore plus fatigués. «Sur le coup, les personnes qui peinent à décrocher profitent de leur congé, mais vont revenir plus fatigués et avec des niveaux de stress semblables d’avant leur départ», explique Julie Ménard, professeure de psychologie à l’UQÀM.
 
Pourquoi tout ce stress?
 
«La principale cause du stress due au travail est l’importance qu’on lui accorde. On passe sept heures par jour à se consacrer aux autres, souligne Dupuis, professeur en psychologie à l’UQÀM et directeur scientifique du Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales. On perd alors de vue d’autres priorités, comme les relations familiales, la vie de couple ou les activités sociales.»
 
La peur de décrocher du travail - et autres obligations - atteindrait surtout les femmes. Même en 2012, c’est la femme qui prend en charge la maison la plupart du temps, explique Luc Brunet. «Elles n’osent pas revendiquer une coupure entre le travail, la famille et la vie privée.» Gilles Dupuis nuance toutefois la responsabilité des employés. «Les femmes ont un sens du perfectionnisme plus présent de façon générale. Mais il ne faut pas jeter le blâme sur l’individu. Il existe des environnements de travail malsains et certains employeurs demandent une charge de travail plus importante que ce qui peut se faire en 35 ou 40 heures.»
 
Prendre du temps pour soi
 
Si on se consacre au travail à temps plein, il faut s’accorder du temps dans la semaine pour exercer une activité. Les spécialistes s’entendent pour dire, toutefois, que l’exercice physique serait plus efficace pour décrocher du travail. «Des études montrent clairement qu’elle ne permet non seulement de penser à autre chose, mais permet aussi de récupérer l’énergie du travail», rapporte Julie Ménard. Et pas besoin de devenir un athlète du calibre olympique; une activité physique hebdomadaire suffit pour faire évacuer le stress et refaire le plein d’énergie.
 
Mais avant tout, il faut respecter ses limites et apprendre à dire non. Au lieu de succomber à l’envie de consulter ses courriels et répondre instantanément, prévoyez un temps en avant-midi et en après-midi pour répondre aux courriels et surtout, priorisez vos taches de travail. Ainsi, vous éviterez du travail supplémentaire à la maison.
 
Gilles Dupuis, qui se consacre au yoga quotidiennement, l’a bien compris. «Je donne bien huit heures par jour aux autres, alors pourquoi pas prendre une petite demi-heure pour moi ?» La Terre ne cessera pas de tourner, vous verrez!
 
Et vous, comment décrochez-vous du travail?

Loading Slideshow...
  • Travailler sur un potager

    Je prendrais le temps de faire un potager, de faire les marchés publics tranquillement, de cuisiner en y prenant plaisir et de prendre le temps de manger et de goûter la vie. - Annick Guennette

  • Lire

    Lire de la philosophie, ça déconnecte et en même temps cultive l'esprit ! - André-Philippe Doré

  • Faire du vélo

    Quand je suis dans le nord, je vais faire du vélo de montagne et, chez nous, du vélo de route! L'effet que ça fait de se laisser porter par le vent à 50 km/h sur la route ou d'arriver sur un sommet en sueur avec une vue incroyable... Le seul mot qui me viens a l'esprit, c'est «liberté»! - Dany Beland Captn

  • Se détendre sur une plage

    Une plage au bord d'une eau turquoise, un transat, un bon roman policier, une Piña colada, and that's it. - Geoffrey Dirat, éditeur au HuffPost Québec

  • Faire une promenade

    Me promener dans mon quartier environ 30 minutes au minimum. - Rolland St-Gelais

  • Faire un tour en voiture

    Je pars sur la route pour conduire pendant quelques heures. Je traverse le Canada chaque été pour retourner à mes racines mais surtout à ce havre de paix qu'est mon chalet et là, et bien je déconnecte de tout! - Caroline Boudreault

  • Obtenir un massage

    Massage! Et voyager quand on peut, c'est génial! -Isabelle Jean

  • Jouer du piano

    Dès que je pose les mains sur mon piano, c'est comme si le stress et les énergies négatives fuyaient par le bout de mes doigts. Sinon, un bon livre dans une main et un verre de vin rouge dans l'autre... j'oublie tout! -Myreille Simard, éditrice Art de vivre, HuffPost Québec

  • Pas de technologie

    Quand je suis stressé et que j'ai besoin de bien dormir, le iPhone n'entre pas dans la chambre. C'est simple, mais ça fonctionne très bien. Et je ne prends pas les emails de la job hors des heures de bureau... sauf une fois au chalet. -Francis Couture

  • Plongée sous-marine

    Faire de la plongée sous-marine demande toute mon attention, alors c'est le vide total et c'est très relaxant. -Caroline Boudreault

  • L'astronomie

    Assis sur mon rocher au sommet de la falaise, observer les nuages, observer les étoiles! - Pierre Plamondon

  • Écouter de la musique

    Moi, c'est la musique qui me fait décompresser et décrocher. C'est mon meilleure remède. Sinon rien de tel qu'une bonne baignade dans une piscine pour oublier les soucis du quotidien. - Patrick White, éditeur du HuffPost Québec

  • Rester chez soi

    Pour décrocher, rien de mieux qu'un bon souper entre amis - arrosé de vino - pour ensuite écouter la série <em>Sex and the City</em> en rafale. - Catherine Lévesque, stagiaire au Huffington Post Québec

  • S'amuser en famille

    Pour déconnecter ces temps-ci, je joue avec mes deux enfants (Tristan, 4 ans, et Chloé, 18 mois) ou je cuisine des petits plats. Sinon, j'essaye de trouver du temps pour faire ce que j'aime le plus: lire (un roman), nager et relaxer au bord d'une piscine, ou encore skier en hiver. - Isabelle Marceau, édimestre principale et journaliste au Huffington Post Québec

Loading Slideshow...
  • Nos lecteurs nous répondent

    Nous vous avons sollicité ces derniers jours afin de savoir ce que vous faisiez vous décrocher. Que ce soit d'être dans la nature ou de simplement déguster un bon repas entre amis, nos lecteurs apprécient du bon temps hors des heures de travail. Et vous, que faites-vous pour décrocher?

  • S'évader dans la nature (sans Wi-fi)

  • Fermer le téléphone portable avant une nuit de repos

  • Tenir un jardin

  • Lire un bon livre

  • Limiter le temps passé à l'ordinateur hors du travail

  • Faire du sport

  • Cuisiner

  • ... et prendre le temps de (bien) manger

  • Observer les étoiles

  • Vivre sa foi

  • Aller pêcher

  • Écouter de la musique

  • Apprendre à dire non