NOUVELLES
13/06/2013 07:07 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

L'épouse d'Arthur Porter extradée vers le Canada

Le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, a confirmé jeudi soir l'extradition de Pamela Porter, épouse de l'ex-patron du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Arthur Porter, par le gouvernement panaméen. Le processus d'extradition pour le Dr Porter suit son cours, mais il reste détenu dans une prison du Panama.

D'abord escortée vers Toronto par des enquêteurs du Service des enquêtes sur la corruption de la Sûreté du Québec (SQ), Mme Porter doit arriver en sol québécois vendredi matin. Elle sera alors transférée et détenue au quartier général de la SQ, à Montréal, avant sa comparution au palais de justice.

Arrêtée en même temps que son mari le 27 mai dernier au Panama, Pamela Porter fait face à des accusations de recyclage des produits de la criminalité et de complot.

Le couple venait d'arriver au Panama, quand les autorités locales l'ont interpellée en vertu d'une demande de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Interpol.

Le Dr Porter a démissionné de son poste de directeur du CUSM à la fin 2011, peu après s'être retrouvé au centre d'un présumé conflit d'intérêts en lien avec la construction de l'hôpital, un projet de 1,3 milliard de dollars. Quelques semaines avant sa démission, il avait abandonné ses fonctions de président du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du Canada (CSARS).

Après avoir quitté le CUSM, Arthur Porter est parti vivre aux Bahamas. Il affirme souffrir d'un cancer du poumon qui s'est propagé à son foie. L'homme se disait alors trop malade pour se déplacer. Après que l'UPAC eut lancé un mandat d'arrêt contre lui, il avait d'ailleurs indiqué aux enquêteurs québécois qu'ils devraient prendre l'avion jusqu'aux Bahamas s'ils voulaient l'interroger. M. Porter a toujours nié toutes les allégations le visant.

Le couple Porter a finalement été épinglé lors d'une escale au Panama alors qu'ils se dirigeaient, selon les policiers, vers Trinité-et-Tobago.

Son avocat, Ricardo Bilonick, est bien connu au Panama.

PLUS:rc