NOUVELLES
13/06/2013 09:52 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

Le président turc loue la modération de la police et du pouvoir (média)

Le président turc Abdullah Gül loue la modération de la police et du pouvoir politique face aux manifestations qui secouent Istanbul depuis bientôt deux semaines, dans un entretien publié jeudi par le quotidien de référence canadien The Globe and Mail.

Ni la police ni les forces de sécurité présentes dans les rues "n'ont jamais eu recours aux armes, elles n'ont pas de matraques, pas d'armes, et il n'y a pas eu de victimes d'armes à feu", souligne M. Gül.

Il rappelle que les policiers portent un badge avec leur numéro "comme dans les pays les plus développés" et y voit "une leçon importante".

"Si, quand les événements ont commencé en Syrie, les interventions de la police s'étaient déroulées de la même manière, s'ils (les dirigeants syriens) avaient poursuivi le dialogue pour comprendre les demandes de la société, on n'aurait peut-être pas vu tant de victimes et une telle escalade d'événements dans ce pays", ajoute le président turc.

Il fait le parallèle entre les demandes de "plus de démocratie" des manifestants d'Istanbul de celles entendues à Wall Street à New York, à Londres ou en Italie. "Ils voudraient un système plus parfait, c'est naturel", dit-il, avant de souligner que le gouvernement turc a été démocratiquement élu dans un scrutin transparent.

"Si le gouvernement ne fait pas un bon travail, les gens voteront pour un autre parti lors des prochaines élections", déclare le président turc.

Des dizaines de milliers de Turcs manifestent depuis deux semaines pour exiger la démission du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir islamiser la Turquie.

Selon le dernier bilan publié mardi par le syndicat des médecins turcs, la vague de protestations a fait quatre morts, trois manifestants et un policier, et près de 5.000 personnes ont été blessées, dont plusieurs dizaines grièvement.

Les députés européens ont adopté jeudi une résolution dans laquelle ils expriment leur "profonde inquiétude" face à la "violence excessive" et à "l'intervention brutale de la police" contre des manifestations "pacifiques et légitimes".

via/rap

PLUS:afp