Myriam Lefebvre Headshot

Sainte Carmen: un lancement au coin d'la Main pi d'la Catherine (PHOTOS, VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Comédiens et artisans de la pièce au Café Cléopâtre, le mercredi 12 juin 2013. (Crédit photo: Agence QMI)
Comédiens et artisans de la pièce au Café Cléopâtre, le mercredi 12 juin 2013. (Crédit photo: Agence QMI)

Le lancement du disque Le Chant de Sainte Carmen de la Main ne pouvait se dérouler dans un endroit plus approprié qu’au café Cléopâtre, cabaret de variétés et de danse érotique, au coin de Saint-Laurent et de Sainte-Catherine, comme les paroles de cette chanson que l’on retrouve dans la relecture du classique de Michel Tremblay.

En effet, plusieurs comédiens et artisans se sont réunis mercredi soir pour souligner la mise en vente de l’album entourant le théâtre musical signé René Richard Cyr et Daniel Bélanger, revisitant Le chant de Sainte Carmen de la Main, œuvre initialement écrite par Tremblay en 1976. Il s’agissait également du coup d’envoi d’une série de supplémentaires présentée jusqu’au 22 juin au Théâtre du Nouveau Monde dans le cadre des FrancoFolies. La production a déjà été vue par plus de 40 000 spectateurs au cours des derniers mois.

Les chœurs à l’honneur

L’album Le chant de Sainte Carmen de la Main contient douze titres, dont le premier extrait diffusé dans différentes stations de radio de la province. Ces douze morceaux sont le fruit d’une complicité nourrie entre René Richard Cyr et Daniel Bélanger qui ont respectivement travaillé sur les paroles et l’œuvre musicale.

Le disque est une belle rencontre de différents genres musicaux. Des chœurs plus robustes côtoient ainsi quelques murmures sur fond de musique suspens, puis l’on se transporte dans un environnement plus jazzé. René Richard Cyr l’avoue lui-même, le contenu de l'album demeure plutôt dramatique, se collant ainsi très bien à la pièce. « Ce n’est peut-être pas un CD à écouter dans un party de Noël ! », a-t-il déclaré au lancement.

Les chœurs sont donc magnifiques, les voix envoûtantes de Maude Guérin et de France Castel sont plus qu’appréciables, mais l’on demande un peu dans quel contexte le public pourrait avoir envie de ce genre d’écoute. Le disque s’adresse à un public conquis par la pièce, à des admirateurs de Michel Tremblay ou encore à des fans de théâtre musical.

Une soirée mémorable et colorée

Une chose est certaine, Le Chant de Sainte Carmen de la Main est une production aux qualités indéniables et les comédiens qui y participent apportent tous une force à l’ensemble, même pour les plus petits rôles.

Si Maude Guérin est puissante dans son rôle de Carmen, France Castel lui vole presque la vedette… La prestation de cette dernière, quoique trop courte, est remplie de mordant. Quel sens du punch ! Benoît McGinnis gagne lui aussi tout un pari lorsqu’il livre son monologue à la toute fin de la pièce. Le public reste sous le choc.

Une tournée provinciale

La pièce se promènera aux quatre coins du Québec en 2014. René Richard Cyr se disait très heureux de pouvoir partir en tournée avec une si grande équipe. Il soulignait également l’importance de présenter des productions d’envergure dans des villes du Québec qui n’en reçoivent pas aussi souvent que dans la métropole.

Qui sait, peut-être que la production aura aussi la chance de voyager en France comme il en a été pour Les Belles-Sœurs l’an dernier…

EN IMAGES:

Close
Lancement de l'album Le Chant de Sainte Carmen de la Main
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Close
Le Chant de Sainte-Carmen de la Main en photos
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée