Huffpost Canada Quebec qc

FrancoFolies 2013 : Zaho, la Contagieuse (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
ZAHO
Jean-François Cyr

MONTRÉAL - Elle gagne en popularité dans la Belle Province, mais c'est étrangement en Europe et en Afrique que la jolie chanteuse québécoise d'origine algérienne, Zaho, connaît le plus de succès amplifié par de nombreuses collaborations importantes dont celles avec Sean Paul, Justin Nozuka ou encore Don Choa.

Avec son nouvel album Contagieuse, sorti en décembre 2012, elle offrira deux spectacles gratuits lors des FrancoFolies de Montréal, une belle occasion de se familiariser davantage avec sa musique qui mélange le R'n'B, la pop, le hip-hop et l'électro.

Née en Algérie en 1980, Zaho déménage à Montréal en 1999, avec des membres de sa famille. Elle commence des études universitaires et finit par changer de voie. Elle fait ses débuts professionnels en musique quatre ou cinq années après son arrivée en sol canadien. À la même époque, elle rencontre le producteur Phil Greiss (qui a d'ailleurs co-réalisé le dernier album avec elle).

« L'émergence du nom de Zaho s'est fait lentement. J'apprenais le métier tout en chantant. En 2007, j'ai sorti quelques mixtapes. C'est l'année suivante que tout s'est accéléré. La scène urbaine (grande famille musicale qui rassemble différents styles), comparativement en France, était toujours peu développée au Québec. Les Fonky Family, les MC Solaar et autres n'existaient pas ou très peu ici. Je suis allé vers ceux qui voulaient bien de moi, simplement. J'ai reçu un accueil très sympa en France. »

Déjà, son premier album intitulé Dima, sorti en 2008, a connu un succès important, notamment grâce au morceau C'est Chelou. En France, la réception de ce disque est impressionnante : Près de 200 000 exemplaires seront écoulés. Avec celui-ci, Zaho donnera quelque 250 concerts (Suisse, Belgique, Île de la Réunion, Sénégal, Gabon, Mali, Algérie, etc.) en deux ans.

Partager l'émotion

Avec la parution de Contagieuse, rien n'a vraiment ralenti pour la diva. Après des succès radiophoniques et avoir remporté les prix Artiste féminine de l'année et Meilleure collaboration (pour son duo avec La Fouine) aux TRACE Urban Music Awards en France, Zaho semble avoir tout pour elle. Déjà plus de vingt concerts offerts ici et là, puis des dizaines d'autres sont à venir. « Comme avant, je m'implique un peu dans tout : réalisation, production, écriture. C'est un univers différent la scène urbaine. On ne construit pas un disque comme dans les autres genres musicaux. On collabore avec quelqu'un pour certains morceaux et on change ensuite. Chaque morceau est évalué séparément [...] Je vends des sentiments en capsule, pas des chansons. »

« Je m'en fous un peu des thèmes ou de la manière de composer la musique », poursuit celle qui a récemment rempli la célèbre salle la Cigale, à Paris. « Je veux que l'émotion passe ; qu'elle exprime un sentiment, une impression liée à une situation précise. C'est un peu la même chose sur scène. Je veux offrir une expérience complètement. Pour moi, c'est le texte, l'émotion et l'interprétation. La proposition scénique doit être envoutante. Elle doit faire voyager à travers les différentes émotions. »

Accompagnée de cinq musiciens, la chanteuse de 32 ans tentera de faire passer l'émotion dans une approche très live « sans trop de triche » (elle fait allusion aux sons programmés). Bien entendu, nous resterons dans l'univers d'une musique très pop (comme le morceau commercial Boloss), parfois trop polie, qui ne saura plaire à tous. Or, son énergie contagieuse, sa voix chaude et rauque, ses mélodies soignées, ses pointes de mordant ainsi que la qualité de sa plume pourraient en convaincre plusieurs.

Zaho - 14 juin, 20 h - Scène La Presse / 15 juin, 22 h - Scène La Presse

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Francofolies 2013: quelques artistes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction