NOUVELLES
13/06/2013 06:29 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

BRP espère que les températures estivales seront favorables à ses motomarines

MONTRÉAL - Le spécialiste des véhicules récréatifs BRP (TSX:DOO) espère que le retour des températures chaudes en Amérique du Nord et en Europe relancera les ventes de ses motomarines tout comme l'hiver a rehaussé l'intérêt pour ses célèbres motoneiges Ski-Doo.

«Nous étions très heureux du long hiver pour les motoneiges, mais les températures froides du printemps ont été difficiles pour les produits estivaux», a expliqué le chef de la direction, José Boisjoli, lors de la première conférence téléphonique de la société depuis son entrée en Bourse.

Le constructeur des véhicules tout-terrain et des motomarines Sea-Doo a affiché un chiffre d'affaires de 804,3 millions $ pour le premier trimestre, soit 5,5 pour cent de plus qu'à la même période l'an dernier.

En ne tenant pas compte des ventes de bateaux sport — un secteur d'activité vendu l'automne dernier — les revenus ont progressé de 11,9 pour cent au plus récent trimestre.

Le chiffre d'affaires a profité d'un gain de 13 millions $ lié aux taux de change, principalement à cause des ventes aux États-Unis.

Les revenus des produits saisonniers ont reculé de 18,5 pour cent à 206,7 millions $, une diminution essentiellement attribuable à la contribution de 44 millions $ des bateaux sport l'an dernier.

Les revenus des produits vendus à longueur d'année ont avancé de 27,4 pour cent à 404,7 millions $, grâce à la mise en marché de nouveaux modèle de ses véhicules Spyder à trois roues et de véhicules côte à côte Maverick.

Alors que les ventes de l'industrie ont reculé d'environ cinq pour cent, BRP a indiqué que celles des Spyder avaient progressé — même si elles n'ont pas atteint les niveaux initialement espérés.

Environ la moitié du chiffre d'affaires de la société est attribuable aux véhicules vendus à l'année longue, tandis que 26 pour cent provient de produits saisonniers, contre 12 pour cent pour les systèmes de propulsion et 12 pour cent pour les pièces, accessoires et vêtements. Plus de la moitié des ventes de BRP sont réalisées aux États-Unis, contre environ 18 pour cent au Canada et 31 pour cent ailleurs.

Le bénéfice net de BRP a reculé à 25,7 millions $ au premier trimestre, contre 54,6 millions $ un an plus tôt. Cependant, le profit ajusté en fonction de l'impact des taux de change et d'autres éléments a progressé de 7,7 pour cent à 53,4 millions $, ou 52 cents par action.

«Dans l'ensemble, les ventes globales du premier trimestre ont été tout à fait conformes à nos attentes et notre bénéfice normalisé était légèrement supérieur à ce que nous avions prévu», a expliqué M. Boisjoli aux analystes.

La société de Valcourt dévoilait jeudi ses premiers résultats financiers trimestriels depuis son inscription à la Bourse de Toronto. Son action a clôturé jeudi à 24,49 $, en baisse d'un cent, mais toujours au-dessus de son cours d'entrée en Bourse de 21,50 $.

Essaimée par Bombardier en 2003, BRP avait alors été vendue à des membres des familles Bombardier et Beaudoin, au fond d'investissement américain Bain Capital et à la Caisse de dépôt et placement du Québec pour 960 millions $. Elle compte environ 6800 employés à travers le monde.

Avant son appel public à l'épargne, une filiale de Bain détenait la moitié de la société, tandis que le groupe Beaudier avait une participation de 35 pour cent, contre 15 pour cent pour la Caisse de dépôt. Le grand public ne détient que 16,6 pour cent de toutes les actions, mais seulement 3,2 pour cent des droits de vote.

PLUS:pc