NOUVELLES
12/06/2013 10:04 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Interdiction maintenue

Radio-Canada

La Fédération de soccer du Québec (FSQ) a convenu « de tout tenter » pour rétablir le dialogue avec l'Association canadienne de soccer (ACS), qui l'a suspendue pour avoir décidé d'interdire le port du turban, du patkas et du keski pendant ses matchs.

La FQS a toutefois précisé qu'entre-temps, elle maintenait sa décision quant à l'interdiction du port du turban, et ce, malgré la suspension imposée par l'ACS.

Après avoir déclaré la veille qu'elle attendrait 10 jours avant de rendre sa décision publique, la FSQ a tendu la main à l'ACS pour « trouver un règlement le plus rapide possible pour sortir de cette impasse ».

« Afin de donner toutes les chances possibles à la discussion, nous ne souhaitons pas commenter davantage la situation, que ce soit dans les médias ou sur la place publique », a conclu la FSQ, par voie de communiqué. 

Le président de l'ACS, Victor Montagliani, a indiqué que son organisme a décidé de suspendre la FSQ « afin d'assurer que le soccer demeure accessible au plus grand nombre de Canadiens ». 

L'ACS estime que le Québec doit cesser de faire bande à part et permettre le port du turban sur les terrains de soccer, comme le fait déjà le reste du Canada. Elle affirme que la suspension ne sera levée que lorsque la FSQ aura obtempéré.

Ballon et turban en politique

Le débat sur le port du turban a rapidement quitté le terrain sportif pour se retrouver dans l'arène politique, où les avis sont partagés.

La FQS a reçu l'appui de la première ministre du Québec, Pauline Marois, qui a déclaré que l'ACS n'avait pas à s'immiscer dans la gestion de la fédération québécoise. La FSQ est « autonome » , a le droit d'établir « ses propres règlements » et « n'est pas assujettie » à l'association canadienne, a fait valoir Mme Marois lors d'un court point de presse mardi à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Immigration du Canada Jason Kenney et le chef de l'opposition libérale, Justin Trudeau, ont fustigé la décision de la FQS au nom de l'intégration des jeunes sikhs. Même son de cloche à Québec, où le leader parlementaire du Parti libéral du Québec s'est prononcé pour le droit des jeunes sikhs à jouer au soccer au sein de la FQS.

« Je respecte la fédération québécoise comme je respecte l'association canadienne, mais je ne suis pas du même point de vue. Je pense que tout le monde devrait pouvoir jouer », a-t-il dit.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a abondé dans le même sens mercredi, au lendemain de discussions avec la FSQ et l'ACS.

Quant au député Amir Khadir, de Québec solidaire, il croit que l'approche entre les intérêts du gouvernement et les groupes religieux doit être équilibrée. « La situation est problématique à cause du fait que les politiciens n'ont pas pris leurs responsabilités », a-t-il plaidé.

Gérard Bouchard, coprésident de la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles, a quant à lui jugé indéfendable la position de la FSQ, disant croire que les motifs invoqués sont insuffisants pour justifier une telle décision.

INOLTRE SU HUFFPOST

Turban au soccer: Twitter s'enflamme