NOUVELLES
12/06/2013 06:42 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Rivière Lorette : les sinistrés réclament des mesures immédiates

Des représentants de la Ville de Québec ont rencontré près de 200 sinistrés de L'Ancienne-Lorette, mardi soir, pour expliquer aux résidents le projet de remodelage de la rivière Lorette. Plusieurs d'entre eux auraient souhaité la mise en oeuvre de mesures temporaires en attendant le début des travaux.

En tout, cinq kilomètres de berges seront refaits. La Ville et le ministère des Transports devront également reconstruire trois ponts déjà existants pour élargir l'écoulement de l'eau. Des murets seront aussi ajoutés à quelques endroits.

Les travaux devraient commencer le printemps prochain pour une durée d'au moins deux ans. À plus court terme, un deuxième bassin de rétention sera aménagé sur le ruisseau Montchâtel dans la prochaine année.

Le porte-parole de la Ville Jacques Perron a insisté pour dire que le paysage sera modifié dans les dix prochaines années et que les travaux seront colossaux. Des arbres centenaires devront disparaître pour permettre la réalisation des travaux.

Une partie des berges, qui appartiennent à environ 80 propriétaires privés, devront aussi être rachetées par la Ville.

Les sinistrés sont ressortis plus ou moins rassurés de cette rencontre. Plusieurs d'entre eux exigent des mesures d'urgence immédiates pour éviter de nouveaux débordements.

« Je suis à moitié rassuré. On donne comme prévision pour le début des travaux 2014, 2016, mais déjà au ministère des Transports, on n'a pas encore d'assurance qu'ils vont réaliser les travaux. Alors, j'espère que 2014 et 2016 ça va se réaliser. Je ne suis pas totalement rassuré », affirme un résident, Yvon Houle.

Murielle Bergeron, la citoyenne qui avait reproché au maire Labeaume de ne rien faire pour aider les sinistrés lors de sa visite à L'Ancienne-Lorette, était aussi déçue des explications des autorités. « Je pense que ça ne rassure aucunement les sinistrés. C'est trop tard. Me semble que des mesures temporaires devraient être de mise » déplore la dame qui affirme angoisser depuis des années dès qu'il commence à pleuvoir.

Par ailleurs, la Ville de L'Ancienne-Lorette demandera au ministère de la Sécurité civile de bonifier son programme d'aide pour les sinistrés.

Le maire, Émile Loranger, a aussi fait savoir aux résidents qu'il était prêt à les aider avec des mesures d'urgence provisoires, comme fournir des sacs de sable. Cette mesure a semblé rassurer certains sinistrés.

PLUS:rc