NOUVELLES
12/06/2013 09:27 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Le pétrole en hausse à New York avant les stocks de brut américains

Le cours du baril de pétrole coté à New York évoluait en hausse mercredi peu après l'ouverture, rebondissant à la suite de deux jours de baisse et avant la publication du rapport hebdomadaire sur l'état des stocks de brut aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir.

Vers 13H15 GMT, le baril de référence pour livraison en juillet avançait de 68 cents à 96,06 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) après avoir démarré la séance proche de l'équilibre.

Les cours "semblaient initialement hésiter entre la tendance à la hausse sur les marchés financiers et des rapports de mauvais augure pour les stocks de pétrole ou la demande énergétique", a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

Mais "après le mouvement à la baisse observée ces deux derniers jours, le marché semble vouloir rebondir", a-t-il ajouté.

Plusieurs informations liées au marché du brut sont pourtant a priori plutôt négatives pour le prix du baril.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les stocks de brut américains devraient avoir reculé de 400.000 barils la semaine dernière.

Les stocks d'essence, très surveillés alors qu'a commencé la saison des grands déplacements automobiles aux Etats-Unis, devraient pour leur part avoir augmenté de 500.000 barils et les stocks de produits distillés (qui incluent le gazole et le fioul de chauffage) de 1,3 million de barils.

Mais la fédération professionnelle API, qui publie ses propres statistiques, a annoncé mardi une hausse surprise des stocks de brut de 9 millions de barils.

"C'est un chiffre énorme et les investisseurs attendent de voir s'il sera confirmé", selon M. Smith.

Parallèlement, les signes d'un ralentissement de la demande énergétique se multiplient.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a très légèrement diminué mercredi sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2013, de 80.000 barils par jour par rapport à sa précédente estimation.

Elle emboîte ainsi le pas à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui a aussi revu mardi en très légère baisse son estimation de la demande mondiale en 2013.

jum/sl/sam

PLUS:afp