NOUVELLES
12/06/2013 04:25 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Le maire de New York attaque au portefeuille les démocrates pro-armes

Le maire de New York Michael Bloomberg a personnellement écrit mercredi à des centaines de contributeurs démocrates de sa ville, pour leur demander de ne plus financer quatre sénateurs s'étant récemment opposés au renforcement des lois sur les armes à feu au Congrès.

Ces sénateurs démocrates "se sont rangés derrière un lobby des armes de plus en plus déconnecté des priorités des Américains", y explique M. Bloomberg.

"La prochaine fois que ces quatre sénateurs vous demandent de soutenir leur campagne par des dons, dites-leur que vous ne pouvez pas", suggère M. Bloomberg, à propos de Mark Begich (Alaska), Heidi Heitkamp (Dakota du Nord, nord), Mark Pryor (Arkansas, sud) et Max Baucus (Montana, nord-ouest).

Le maire milliardaire de New York est à 71 ans un ardent partisan du renforcement des lois sur les armes, et avait plaidé avec insistance pour une réforme après le drame de Newtown (Connecticut, nord-est) en décembre dernier.

Vingt enfants et six femmes avaient été tués à l'école primaire de Sandy Hook par un jeune homme de 20 ans lourdement armé, qui s'est ensuite suicidé.

Six mois après, quelques Etats ont durci leur législation, pour rendre notamment obligatoire la vérification des antécédents des acheteurs.

Mais au niveau fédéral rien n'a changé. Le Sénat américain a enterré en avril un projet de réforme, pourtant très édulcoré par rapport à ce que souhaitait le président Obama, qui aurait imposé de vérifier les antécédents de tous les acheteurs.

Pour marquer vendredi ces six mois, l'organisation des "Maires contre les armes illégales", co-fondée par M. Bloomberg, a annoncé une vaste tournée dans 25 Etats en 100 jours. Des victimes blessées par balle et supporteurs d'une nouvelle législation y liront devant les bureaux de membres du Congrès les noms des plus de 5.000 Américains tués par arme à feu depuis le drame de Newtown, a précisé l'organisation.

Via ce groupe de pression, M. Bloomberg a dépensé des millions de sa fortune personnelle en publicités politiques, pour appeler à une réforme et essayer d'empêcher, souvent avec succès, l'élection de candidats soutenus par le lobby des armes.

bd/lor

PLUS:afp