NOUVELLES
11/06/2013 12:42 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

USA: la pilule du lendemain bientôt en vente libre sans restriction d'âge

Après plus de dix ans d'une rude bataille, la pilule contraceptive du lendemain sera finalement accessible sans limite d'âge et sans ordonnance aux Etats-Unis, l'administration Obama ayant renoncé à faire appel d'une décision de justice levant les dernières restrictions.

Cette décision dévoilée tard lundi va permettre aux jeunes filles de tout âge d'avoir un libre accès à cette pilule contraceptive appelée "Plan B One-Step" qui peut empêcher une grossesse si elle prise dans les 72 heures après un rapport non protégé.

Le 5 avril, une cour fédérale de New York avait estimé que la décision, datant de 2011, de la ministre américaine de la Santé Kathleen Sebelius d'exiger que les jeunes filles de moins de 17 ans aient une ordonnance médicale pour se procurer cette pilule était "politiquement motivée" et "sans fondement scientifique".

La "Food and Drug Administration" (FDA), l'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments, avait initialement approuvé la vente libre de cette pilule à toutes les jeunes filles mais avait été contrainte de revenir sur sa décision à la demande de la ministre de la Santé, elle-même sous la pression des groupes conservateurs.

La FDA avait alors fixé à 17 ans l'âge à partir duquel les jeunes filles pouvaient acheter cette pilule sans ordonnance. Le 1er mai l'Agence avait abaissé cet âge à 15 ans, précisant que sa décision n'était pas liée à celle de la cour fédérale.

Les avocats du Ministère américain de la Justice ont adressé une lettre au juge Edward Korman l'informant de la décision d'abandonner l'appel initié le 13 mai.

"Pour respecter votre décision, la FDA demande au fabricant de la pilule Plan B One-Step, Teva Women's Health, filiale du laboratoire Teva, de déposer une nouvelle demande pour l'approbation de cette pilule sans ordonnance sans restriction d'âge", écrit l'agence dans un communiqué.

"Une fois que la FDA aura reçu cette demande, elle entend l'approuver rapidement", ajoute-t-elle.

La décision de l'Administration Obama a été immédiatement saluée par les défenseurs du droit à l'avortement aux Etats-Unis.

"C'est une victoire historique pour la justice reproductive aux Etats-Unis", s'est félicitée, Andrea Costello, une avocate du "Partnership for Civil Justice Fund",

"Le refus d'un accès libre sans restriction à la pilule du lendemain sous les administrations Bush et Obama était une décision politique scandaleuse et sans aucun fondement scientifique", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Pour le mouvement conservateur anti-avortement, l'administration Obama a cédé aux pressions des groupes pro-avortement au détriment de santé des jeunes filles.

"Nous sommes déçus que cette administration se range une fois de plus aux côtés de ses alliés pro-avortement et ignore la santé des jeunes filles et les droits de leurs parents", a déclaré, Anna Higgins, directrice du "Family Research Council" à Washington dans un courrier électronique transmis à l'AFP.

Selon le New York Times, l'Administration Obama a renoncé à son appel après avoir probablement conclu qu'elle pourrait perdre, ce qui l'aurait conduit à éventuellement porter l'affaire devant la Cour Suprême, donnant une tout autre dimension à ce débat avec des implications politiques délicates pour M. Obama.

bur-js/jca

PLUS:afp