NOUVELLES
11/06/2013 11:06 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

Le panache du « Caribou »

David Veilleux est devenu, lundi, le premier cycliste né au Québec à être inscrit au Tour de France. Voilà une décision mûrement réfléchie de la part de Jean-René Bernaudeau.

En entrevue à l'émission C'est bien meilleur le matin à l'antenne de la Première Chaîne de Radio-Canada, le directeur sportif de l'équipe Europcar a indiqué que Veilleux avait pleinement mérité sa place.

Il a vanté la progression logique et attendue de Veilleux en vertu de ses qualités physiques, de son intelligence et de sa vision de la course.

Veilleux n'a que 25 ans et ce fait alimente l'optimisme de Bernaudeau.

« Les cyclistes atteignent leur maturité physiologique entre 27 et 32 ans. Il a encore une marge de progression. C'est un coureur neuf à l'image de votre fabuleux pays. Il va développer pleine de choses autour de lui. Il a un poids sur les épaules parce qu'il est le premier. Il veut marquer l'histoire. On ne l'a pas sélectionné parce qu'il est Québécois, mais parce qu'il est bon coureur. »

Les preuves sont faites

Veilleux était déjà dans la mire d'Europcar et de Bernaudeau il y a un an. L'équipe l'a eu à l'œil. Sa solide fin de saison 2012 et son progrès au début de 2013 ont confirmé les espoirs fondés en lui. Sa victoire dans la première étape du Critérium du Dauphiné en a été la confirmation.

« Cette année, il confirme tout le bien que nous pensions de lui avec une petite progression, une stabilité, une fiabilité et son exploit du Dauphiné », a expliqué Bernaudeau.

Mardi, Europcar a annoncé les noms des 13 cyclistes qui composeront l'équipe dans la 100e édition du Tour de France. Quatre d'entre eux sont titulaires: Thomas Voeckler, Pierre Rolland, David Veilleux et Cyril Gautier.

Veilleux devra être un bon soldat. Mais a-t-il l'étoffe pour devenir le leader d'une équipe comme Europcar?

« Il est trop tôt pour se prononcer. Il va d'abord découvrir une course de trois semaines, la plus grande course du monde. On aura une idée à l'arrivée à Paris, s'il va jusqu'à Paris, de ce qu'il peut envisager à l'avenir », a indiqué le patron.

Il semble que Veilleux soit déjà affublé du surnom affectueux de « Caribou. » Bernaudeau laisse échapper un rire...

« On l'aime beaucoup. On aime beaucoup le Québec. L'équipe a des liens avec le Québec comme notre partenaire Louis Garneau. Et moi particulièrement parce que j'ai débuté ma carrière aux Jeux de Montréal en 1976. Le caribou n'est peut-être pas l'image qui lui convient le mieux, mais c'est le surnom qu'ont choisi Thomas Voeckler et ses compagnons. »

Souhaitons à David Veilleux une arrivée pleine de panache sur les Champs-Élysées.

PLUS:rc