NOUVELLES
11/06/2013 07:32 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

La Syrie au menu d'entrevues entre l'Américain Kerry et le Britannique Hague

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry reçoit mercredi à Washington son homologue britannique William Hague pour parler de la Syrie, au moment où les Etats-Unis peinent à organiser la conférence internationale de paix dite Genève-2.

Les entretiens doivent se tenir au département d'Etat et les ministres devraient s'exprimer devant la presse dans l'après-midi, a indiqué mardi la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki.

Cette rencontre entre ces deux pays alliés intervient alors que le président Barack Obama a demandé cette semaine à son "équipe de sécurité nationale" à la Maison Blanche "d'examiner toutes les options possibles qui nous permettraient de remplir nos objectifs pour aider l'opposition", c'est à dire d'envisager d'armer la rébellion, a rappelé Mme Psaki.

M. Kerry a reporté une tournée en Israël et dans les Territoires palestiniens, invoquant ces réunions sur l'éventuel armement d'opposants syriens. Les Etats-Unis s'en tiennent pour l'instant à une aide conséquente -- mais non létale -- de 250 millions de dollars.

Et Washington a le plus grand mal à mettre sur pied sa conférence sur la Syrie, baptisée Genève-2, initiée avec Moscou et l'ONU et devant réunir à une même table des représentants de Damas et de l'opposition.

"Nous n'allons pas faire de conférence simplement pour faire une conférence", a prévenu Mme Psaki, disant "toujours viser juillet" pour ce rendez-vous international.

"Nous allons organiser la conférence pour progresser vers une transition politique", a insisté la porte-parole, reconnaissant que la rébellion était en position de faiblesse face à l'armée syrienne.

"L'affaiblissement durable et profond d'une des parties ne favorise pas la tenue de Genève-2", avait estimé mardi son homologue du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot.

"On est à un tournant de la guerre en Syrie", avait-il ajouté.

Paris et Londres veulent livrer des armes aux rebelles syriens et ont poussé l'Union européenne à lever son embargo.

Le ministre Hague avait jugé dimanche sur la BBC difficile d'organiser Genève-2 au moment où le régime syrien "gagne du terrain" sur le front contre les insurgés.

nr/are

PLUS:afp