NOUVELLES
11/06/2013 06:03 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

Turban au soccer: la fédération québécoise maintient sa décision

Getty

MONTRÉAL - La Fédération de soccer du Québec (FSQ) a pris la décision de maintenir son interdiction du port du turban, du patkas et du keski pendant ses matchs. Une décision diffusée par communiqué mercredi. Plus de détails suivront.

La FSQ avait pourtant indiqué la veille qu'il faudrait attendre 10 jours avant de connaître sa décision. Une réunion d'urgence avait lieu mardi soir, au lendemain de l'annonce d'une suspension imposée par l'Association canadienne de soccer (ACS) en raison de cette décision. Les membres de la fédération avaient décidé de ne pas révéler la teneur des discussions, même si des sources avaient confirmé à La Presse Canadienne qu'une décision avait été prise.

Impact «mal évalué», selon un dirigeant

La décision initiale de la Fédération de soccer du Québec (FSQ) d'interdire le port du turban a été prise de façon un peu trop précipitée, selon l'un des participants à la réunion du conseil d'administration qui a ultimement mené à la suspension de l'organisme par l'Association canadienne de soccer (ACS).

«Je pense que ç'a été mal évalué et la façon dont ç'a été présenté, et à la vitesse que ç'a été présenté — c'était, je pense, le dernier point à l'ordre du jour présenté au conseil d'administration —, il y a peut-être des choses dans l'approche (...) qu'il va falloir revoir», a indiqué Richard Gravel, directeur général de l'Association régionale de soccer de l'Outaouais (ARSO), mardi, lors d'un entretien avec La Presse Canadienne.

Le dossier du port du turban a été présenté aux membres du conseil d'administration de la FSQ par un membre du comité exécutif. Étant donné le code de fonctionnement de la Fédération, cette personne n'était pas en droit de recommander une décision dans un sens ou dans l'autre. Elle pouvait seulement présenter le dossier de façon neutre.

Selon M. Gravel, c'est peut-être pourquoi les membres du conseil n'ont alors pas saisi tous les enjeux et les conséquences découlant de la décision qu'ils allaient prendre.

«Ce dossier-là n'a pas que des enjeux de soccer, a souligné M. Gravel. Il y a des enjeux politiques et sociaux aussi, qui doivent tenir compte du fait que le Canada — et le Québec aussi — se présente comme une terre d'accueil qui doit placer les gens dans des conditions favorables à l'intégration et l'inclusion.»

M. Gravel prévoyait assister à la réunion du conseil d'administration de la FSQ, mardi soir, qui visait à déterminer s'il y avait lieu de renverser sa décision initiale sur le port du turban. Le directeur général de l'ARSO prévoyait «pousser énergiquement» pour convaincre ses collègues de se rallier à la position de l'ACS, qui a décidé de permettre le port de turbans même en l'absence d'une position claire de la part de la Fédération internationale de football (FIFA).

INOLTRE SU HUFFPOST

Turban au soccer: Twitter s'enflamme