NOUVELLES

Immigration: Obama défend le projet de réforme, met en garde les opposants

11/06/2013 12:03 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

Barack Obama a soutenu mardi un vaste projet de réforme du système d'immigration et mis en garde les élus qui seraient tentés de le bloquer, au moment où le Sénat entamait ses débats en séance plénière sur cette grande promesse électorale du président américain.

Précédé dans la salle d'apparat de la Maison Blanche par une jeune Nigériane sans papiers qui verrait s'ouvrir à elle un accès à la nationalité américaine si cette réforme était votée, M. Obama a défendu la nécessité de "réparer un système dysfonctionnel", incapable selon lui de régler le problème des quelque 11,5 millions de clandestins vivant dans le pays.

Soulignant que le projet de loi élaboré au Sénat par ses alliés démocrates et ses adversaires républicains renforcerait encore les défenses des frontières - une condition préalable pour nombre d'élus conservateurs -, M. Obama a estimé que ce texte contenait des mesures "de bon sens", soutenues par une majorité d'Américains de tous les horizons politiques selon lui.

Tant Tom Donohue, président de la Chambre de commerce américaine, groupe de pression des industriels, que Richard Trumka, chef du puissant syndicat AFL-CIO, ont défendu cette réforme mardi face aux journalistes à la Maison Blanche, M. Donohue affirmant la "soutenir vigoureusement".

"Il n'y a aucune raison que le Congrès ne parvienne pas à boucler ce dossier avant la fin de l'été", a lancé pour sa part M. Obama.

Il avait fait campagne pour sa réélection l'année dernière en promettant une telle réforme, et a dû sa nette victoire en particulier au soutien des minorités: plus de 70% des Hispaniques avaient ainsi voté pour lui.

Ce chiffre a conduit des républicains de premier plan à s'engager à leur tour en faveur d'une réforme de l'immigration, notamment le jeune sénateur de Floride Marco Rubio, l'un des possibles candidats à la présidentielle de 2016.

M. Rubio fait partie du groupe de huit sénateurs ayant parrainé ce projet de loi qui, après avoir franchi l'étape de la commission de la Justice, doit commencer à être examiné en séance plénière au Sénat mardi après-midi.

Le texte ouvrirait la voie de la régularisation aux clandestins, à condition de payer une amende, de ne pas dépendre des aides sociales et de n'avoir pas commis de délit majeur. Au bout de 13 ans, ils pourraient demander leur naturalisation.

Déjà amendé en commission, le projet pourrait être encore modifié par la chambre haute du Congrès, où les alliés de M. Obama ne disposent que d'une majorité de 54 sièges sur 100 alors que 60 voix sont nécessaires pour surmonter un blocage des républicains.

"Ce projet de loi n'est pas parfait. Il s'agit d'un compromis. Et personne n'obtiendra tout ce qu'il veut, ni les démocrates, ni les républicains, ni moi", a remarqué M. Obama, tout en estimant que ce texte était "largement cohérent" avec les principes qu'il avait énoncés pendant sa campagne.

A l'adresse des élus qui hésiteraient à s'engager en faveur d'une telle réforme qui a déjà échoué plusieurs fois, que ce soit sous son prédécesseur républicain George W. Bush ou lors de son premier mandat, M. Obama a prévenu que "si vous voulez sérieusement remettre le système en état, (ce texte) est la façon de le faire".

Si jamais la réforme passait le cap du Sénat, elle devrait encore être adoptée dans les mêmes termes par la Chambre des représentants, où les républicains détiennent la majorité absolue. Leurs élus sont plus conservateurs qu'au Sénat et nombre d'entre eux ont manifesté leur hostilité à une loi qui s'apparenterait à une "amnistie".

Le succès d'un texte sur l'immigration permettrait enfin à M. Obama d'étoffer le bilan législatif de son second mandat, après l'échec d'une réforme de l'encadrement des armes à feu et l'entrée en vigueur d'une cure d'austérité forcée en mars, faute d'accord des deux camps sur la fiscalité.

tq/jca

PLUS:afp