NOUVELLES
10/06/2013 11:02 EDT | Actualisé 10/08/2013 05:12 EDT

Standard & Poor's : meilleure perspective aux États-Unis

L'agence de notation Standard & Poor's a annoncé lundi relever de « négative » à « stable » la perspective attachée à la note AA+ des États-Unis, expliquant que la probabilité d'une dégradation de cette note était désormais « de moins d'un tiers ».

En août 2011, S&P avait été la première agence de notation à revoir à la baisse la note souveraine américaine, privant Washington de son AAA, la meilleure note possible, pour ramener sa notation à AA+. La perspective attachée à cette note était négative depuis lors.

L'annonce du changement de perspective a été saluée sur les marchés financiers par une nette hausse du dollar face à l'euro et au yen et par une remontée des bourses européennes. Wall Street a ouvert en hausse quelques minutes plus tard avant d'effacer rapidement ses gains.

S&P explique dans un communiqué que le redressement récent des recettes fiscales et les mesures adoptées à Washington pour tenter d'apporter une solution durable au problème du déficit budgétaire avaient amélioré les perspectives des États-Unis. Elle ajoute cependant que la capacité des décideurs politiques américains à apporter des solutions durables aux problèmes budgétaires semble se réduire, notamment à cause du creusement du fossé entre démocrates et républicains à Washington ces dernières années.

« Nous pensons que notre note actuelle AA+ prend déjà en compte une capacité amoindrie des dirigeants élus américains à réagir rapidement et efficacement aux pressions sur les finances publiques à long terme par rapport aux dirigeants d'autres États souverains mieux notés, et nous nous attendons à des débats porteurs de divisions sur le relèvement du plafond de la dette », explique l'agence.

S&P précise que le déficit budgétaire américain devrait être ramené à environ 6 % du produit intérieur brut (PIB) sur l'exercice budgétaire en cours, contre 7 % l'an dernier, et que le rapport dette/PIB devrait se stabiliser autour de 84 % au cours des années à venir, ce qui fournira « aux responsables politiques un délai supplémentaire pour prendre des mesures afin de répondre à l'accumulation de pression sur les dépenses liées à l'âge ».

Pour Tim Ghriskey, responsable des investissements de Solaris Group, « a vigueur du marché boursier a généré des recettes fiscales, ce qui est évidemment une bonne chose, et l'économie reste lentement mais sûrement sur une tendance de croissance. Donc même si on continue de faire tourner la planche à billets, les chiffres globaux de la dette se stabilisent et je pense que c'est cela que reflète l'annonce de S&P ».

La dette publique américaine dépasse actuellement 16 700 milliards de dollars.

Par ailleurs, les deux autres grandes agences de notation internationales, Moody's et Fitch, maintiennent pour l'instant leur note de AAA aux États-Unis.

Reuters

PLUS:rc