NOUVELLES

Malpropreté dans l'arrondissement de Ville-Marie : des occupants sonnent l'alarme

10/06/2013 09:43 EDT | Actualisé 10/08/2013 05:12 EDT

Les graffitis et la propreté des rues et des trottoirs inquiètent les commerçants et les résidents de la rue Sainte-Catherine Est et du boulevard Saint-Laurent. Au point où une quarantaine d'entre eux ont envoyé le mois dernier une pétition à la direction de l'arrondissement de Ville-Marie afin de comprendre pourquoi la situation a autant dégénéré.

Une partie de la réponse pourrait bien se trouver dans une décision prise par l'arrondissement, qui confie aux cols bleus la corvée de nettoyage.

L'an dernier, c'est l'association commerciale du secteur, la Corporation de développement du Faubourg St-Laurent, qui avait hérité du contrat de 35 000 $. En dehors des heures de passage des cols bleus, le ramassage des déchets et le nettoyage des rues étaient ainsi assurés par le groupe d'aide aux itinérants Sac à dos, à qui la Corporation avait confié ce mandat dans le cadre d'un programme communautaire.

Le directeur du groupe Sac à dos, Richard Chrétien, a lui aussi remarqué les conséquences du changement de garde sur la propreté du quartier.

« Les cols bleus font le matin avec le tracteur, mais après ça, les gens fument, jettent [les mégots] à terre. Il y a des cartons, il y a des papiers... la gestion des vidanges dans le quartier, c'est pas terrible. Il y a toujours du travail à faire », explique-t-il.

Dans leur lettre, les représentants du Monument national et de plusieurs restaurants et bars du secteur se demandent pourquoi les services habituels de nettoyage des rues et trottoirs et d'enlèvement des graffitis ne sont pas au rendez-vous.

Pour la porte-parole de l'arrondissement, Anik de Repentigny, il est trop tôt pour tirer une conclusion.

« On y est allés avec une stratégie différente. On va faire un bilan éventuellement à la fin de la saison à savoir si c'était la meilleure stratégie », explique-t-elle.

Un seul contrat avec la Corporation - celui de l'effacement des graffitis - a été renouvelé par l'arrondissement. Selon la direction de Ville-Marie, qui se dit insatisfaite, seulement 200 des 1500 graffitis signalés ont été nettoyés depuis le début de l'année. Ces chiffres sont cependant contestés par l'association commerciale.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

PLUS:rc