NOUVELLES
10/06/2013 05:03 EDT | Actualisé 10/08/2013 05:12 EDT

Le Vatican accorde à Québec la seule porte sainte hors de l'Europe

QUÉBEC - À défaut d'avoir obtenu un Saint-Père, au terme du dernier conclave qui a installé le nouveau pape François au Vatican, Québec aura une porte sainte.

Ce cadeau, qui sera percé dans le mur nord de la basilique-cathédrale Notre-Dame, dans le Vieux-Québec, marquera le 350e anniversaire de la fondation de la paroisse du même nom.

Inaugurée en décembre prochain, cette porte de bronze, symbole de l'ouverture de l'Église, est la première à être offerte par le Vatican hors de l'Europe, qui en compte six.

Le directeur général des célébrations du 350e anniversaire, l'abbé Julien Guillot, a affirmé lundi que c'est l'archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix, qui avait formulé la demande.

Mais M. Guillot a affirmé que son prédécesseur, le cardinal Marc Ouellet, pressenti pour succéder au pape Benoît XVI cet hiver, n'est certainement pas étranger à cette décision des plus hautes autorités religieuses du Vatican.

Selon l'abbé, le cardinal Ouellet, qui a été archevêque de Québec de 2003 à 2010, a pu faire valoir la candidature de Québec pour cet honneur.

Le cardinal Ouellet a été nommé en 2010 préfet de la Congrégation des évêques, au Vatican, où il est responsable de sélectionner les évêques en vue de leur nomination par le pape.

Lors d'une entrevue, lundi, M. Guillot a affirmé que la porte sainte est plus qu'un simple prix de consolation pour les Québécois, qui ont suivi le dernier conclave comme jamais auparavant, étant donné les rumeurs concernant la possibilité que le cardinal Ouellet succède à Benoît XVI.

L'abbé constate néanmoins que cet honneur témoigne des liens privilégiés entre Québec, première paroisse catholique d'Amérique au nord des colonies espagnoles, fondée en 1664, et le Vatican.

«Il y a toujours eu un lien privilégié de Rome avec Québec, a-t-il dit. Il faut le comprendre dans le contexte historique: on était, du temps du régime anglais, le seul diocèse catholique toléré dans l'empire britannique.»

Sans avoir été partie prenante aux négociations avec Rome, M. Guillot a toutefois estimé que le cardinal Ouellet était en position de sensibiliser les autorités à l'importance d'une reconnaissance symbolique de Québec.

«Il connaissait très bien Québec. Il était capable de faire valoir encore plus précisément l'importance de ce que Québec joue comme rôle dans l'éducation de la foi, la transmission de la foi et l'aspect historique», a-t-il dit.

M. Guillot a affirmé qu'avec ses deux églises, la paroisse Notre-Dame de Québec reçoit 1,1 million de visiteurs chaque année. La porte sainte contribuera à susciter l'intérêt des pèlerins, a expliqué l'abbé.

«On est les bâtiments les plus visités dans le Vieux-Québec, alors cette porte sainte va devenir un phare pour Québec, les gens vont venir toucher, même après les fêtes quand elle sera fermée, ça va devenir un incontournable, a-t-il dit. Si je peux donner un exemple plus ou moins ajusté, on va à Paris pour voir la Tour Eiffel, on va venir à Québec pour venir voir la porte sainte.»

La porte sainte, qui sera construire grâce à des dons privés, demeurera ouverte jusqu'au 28 décembre 2014, après quoi il faudra, comme c'est la tradition pour les autres ailleurs dans le monde, attendre les années jubilaires de l'Église, tous les 25 ans, pour qu'elle soit rouverte.

PLUS:pc