NOUVELLES
10/06/2013 06:36 EDT | Actualisé 10/08/2013 05:12 EDT

Croissance révisée à la hausse au Japon

La croissance du produit intérieur brut (PIB) japonais a été revue en hausse lundi à 1 % de janvier à mars par rapport au trimestre précédent, contre 0,9 % en première estimation, ce qui semble indiquer que les mesures de soutien mises en oeuvre par le gouvernement de Shinzo Abe commencent à porter leurs fruits.

Cette révision, due à une moindre contraction des dépenses d'investissement, donne une croissance en rythme annuel de 4,1 % au premier trimestre, contre 2,4 % aux États-Unis et une contraction de 0,9 % pour les 17 pays de la zone euro.

Le rebond de l'économie japonaise s'est accompagné au mois de mai d'une amélioration de la confiance des consommateurs. L'indice de confiance des ménages japonais s'est redressé à 45,7 le mois dernier, après 44,5 en avril, mais demeure inférieur au seuil des 50 qui sépare l'optimisme du pessimisme.

La contraction de l'investissement a été revue à la baisse à 0,3 % par rapport au quatrième trimestre 2012, alors que l'estimation initiale donnait un recul de 0,7 %.

L'excédent de la balance des comptes courants a par ailleurs doublé en avril sur un an, pour atteindre 750 milliards de yens (7,7 milliards de dollars canadiens).

Ces gains sont essentiellement imputables au rapatriement d'investissements japonais jusque-là placés à l'étranger, estiment des analystes qui y voient la conséquence de l'affaiblissement du yen.

« Il n'y a pas grand-chose qui ait changé en tendance pour la balance commerciale sur laquelle le yen faible fait grimper les coûts à l'importation », juge Junko Nishioka, économiste chez RBS Securities. « Les exportations repartent peu à peu à mesure que la croissance revient à l'étranger, mais leur progression n'est pas suffisante pour compenser la hausse des coûts à l'importation. »

Le crédit bancaire a enregistré en mai une hausse de 1,8 % sur un an, soit sa plus forte progression annuelle depuis août 2009.

Un ambitieux plan de relance

Le premier ministre conservateur Shinzo Abe, au pouvoir depuis la fin décembre, a lancé une vaste politique de relance pour sortir le pays de la déflation.

La forte volatilité sur les marchés d'actions japonais, en partie provoquée par les craintes sur la croissance de l'économie chinoise et les interrogations sur le rythme de
l'assouplissement quantitatif aux États-Unis, a souligné les interrogations des investisseurs sur la nouvelle politique économique.

La Bourse de Tokyo a enregistré lundi un net rebond, l'indice Nikkei affichant une hausse de près de 5 % en clôture et effaçant une partie des lourdes pertes accumulées depuis le 23 mai.

Reuters

PLUS:rc