NOUVELLES
09/06/2013 07:51 EDT | Actualisé 09/08/2013 05:12 EDT

Présidentielle au Venezuela: le conseil électoral confirme la victoire de Nicolas Maduro

AP

CARACAS, Venezuela - Le Conseil électoral du Venezuela a complété un examen des résultats de l'élection présidentielle fortement contestée d'avril et, tel que prévu, a confirmé la victoire de Nicolas Maduro par 1,5 point de pourcentage.

Aucun représentant gouvernemental n'est apparu en public pour commenter ce résultat, mais un responsable du conseil a confirmé dimanche une information de l'agence de presse officielle AVN que l'examen confirmait le décompte officiel des voix.

L'opposition s'était plainte du fait que le conseil avait ignoré sa demande pour un recomptage complet. Cela aurait nécessité de non seulement comparer les votes enregistrés de façon électronique par les machines avec les reçus en papier émis par la suite, mais également de comparer ceux-ci avec les registres en papier contenant les signatures des électeurs et leurs empreintes digitales.

Les partisans du candidat de l'opposition Henrique Capriles invoquent d'importantes irrégularités, y compris l'intimidation d'électeurs et la manipulation des résultats en faisant voter des morts toujours inscrits sur les listes électorales.

M. Capriles lui-même a qualifié l'examen de farce.

Il a contesté les résultats de l'élection du 13 avril devant la Cour suprême, qui, comme le conseil électoral, est dominée par les héritiers politiques du président Hugo Chavez, décédé d'un cancer en mars après avoir identifié M. Maduro comme son éventuel successeur.

M. Capriles a lancé, cette semaine, une campagne internationale pour tenter d'obtenir de l'appui dans la région en faveur de sa demande pour un recomptage complet, mais aucun gouvernement latino-américain ne l'a soutenu.

Le candidat défait argue par ailleurs que l'utilisation flagrante de ressources de l'État par le gouvernement, dont sa position dominante au sein du secteur médiatique et son usage de pressions sur les 2,5 millions de fonctionnaires pour appuyer le parti au pouvoir, ont donné le coup de pouce nécessaire à M. Maduro.