NOUVELLES
09/06/2013 05:50 EDT | Actualisé 09/08/2013 05:12 EDT

Société de développement commercial : des commerçants de Limoilou insatisfaits

Des commerçants de Limoilou réclament la dissolution de la Société de développement commercial (SDC). L'organisme, mis en plance en 2012, devait permettre de valoriser les commerces de la 3e Avenue et d'augmenter l'animation dans le secteur. Or, des commerçants disent qu'ils n'ont constaté aucun changement, sinon qu'ils doivent débourser davantage pour être membre de la SDC.

« Il y a une fête qui devait avoir lieu hier, mais on l'avait déjà! Il y a des fêtes qu'on avait avant la SDC et on les a encore. Par la suite, qu'est-ce qu'ils font? Je ne sais pas », s'interroge Annie Pilote, propriétaire d'un salon d'esthétique dans Limoilou depuis 18 ans.

Cette dernière ajoute qu'elle doit débourser 850 $ pour adhérer à l'organisme, soit trois fois plus qu'à la création de la SDC.

Même son de cloche chez le copropriétaire du restaurant Les Fistons, Françis Létourneau, qui misait sur sa cotisation à la SDC pour augmenter l'achalandage de son commerce. M. Létourneau est d'avis que le retour sur investissement est inexistant.

« Pour nous, ce n'est pas quantifiable du tout. Je ne vois pas l'augmentation versus ce qu'il nous promette », déplore-t-il.

Du côté de la Ville, on continue à défendre la pertinence des SDC. Aux dires du directeur de la SDC 3e Avenue Limoilou, Mathieu Montmartin, la grogne provient d'une minorité de commerçants, qui ne sont pas prêts à donner sa chance au coureur.

Pourtant, une pétition circule actuellement pour la dissolution du SDC. Déjà, 52 commerçants sur les 92 qui occupent la 3e Avenue ont signé le document.

En février dernier, la Ville annonçait la fin du financement des associations commerçantes volontaires, une façon de favoriser la création des SDC à cotisations obligatoires, jugées plus efficaces par le maire Labeaume.

PLUS:rc