NOUVELLES
09/06/2013 01:26 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

Plus de courses, plus d'incertitude

MONTRÉAL - La presse spécialisée rapporte dimanche que le calendrier 2014 pourrait contenir 21 courses, et que la première course aurait lieu à Bahrein le premier week-end de mars.

Un texte de Philippe Crépeau

Les équipes pourraient ainsi effectuer des essais d'hiver au même endroit juste avant, par grosse chaleur, et avoir des données utiles sur le comportement des pneumatiques.

Parmi les nouvelles courses de ce calendrier allongé, il y a le Grand Prix de New York/New Jersey, qui serait présenté en programme double avec le Grand Prix du Canada.

Or, cette course menace directement l'épreuve montréalaise dans la mesure où elle grugera une partie du public américain de la côte est américaine.

François Dumontier aimerait faire du GP du New Jersey son allié plutôt que son ennemi. Mais le retour des États-Unis fait ombrage au Canada, qui n'est plus le seul arrêt en Amérique du Nord.

Or, selon la presse spécialisée, M. Ecclestone souhaiterait avoir quatre courses en Amérique du Nord : une au Canada et trois aux États-Unis.

Voici pourquoi François Dumontier souhaiterait signer un contrat à long terme avec Bernie Ecclestone, soit pour assurer la place de Montréal dans l'univers de la F1.

Une question d'argent, évidemment

La popularité du GP du Canada au sein des équipes ne pèsera pas lourd, si on ne s'entend pas sur les termes de l'entente.

M. Dumontier sait que l'avenir de sa course passe par le renouvellement de l'entente, avec comme prérequis la rénovation des installations.

Il sait aussi que la facture des nouvelles installations sera salée, et il veut pouvoir l'étaler sur 10 ans. Les estimations vont du simple au double, de 25 à 40 millions de dollars.

En mai 2012, le ministre responsable du dossier au provincial, Raymond Bachand, avait dit :

« Il est normal que Bernie Ecclestone veuille des installations en bonne condition, il faut trouver la façon de financer cela. »

Le calendrier de la saison 2015 ne sortira pas avant l'automne 2014. Mais Bernie Ecclestone sera-t-il encore le grand responsable de la commercialisation de la F1, lui qui est embourbé dans une affaire de corruption et qui pourrait lui valoir d'être accusé par la justice allemande.

« Seule la prison m'empêcherait de faire mon boulot », a-t-il dit plus tôt cette année.

Le successeur pourrait très bien demander beaucoup plus au Canada que les 15 millions (plus intérêt annuel) que demande actuellement M. Ecclestone. Un tarif en deçà du montant moyen, 27 millions de dollars, exigé pour les autres manches du Championnat du monde en 2011.

Le temps joue contre François Dumontier. Il ne veut surtout pas qu'un astérisque apparaisse à nouveau à côté du mot Canada quand la FIA publiera le calendrier provisoire, ou pire, que le Canada soit retiré du calendrier, en attendant la conclusion d'une nouvelle entente.

PLUS:rc