NOUVELLES

L'ancien ministre des chemins de fer de la Chine est accusé de corruption

09/06/2013 12:06 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - L'homme qui a déjà dirigé le puissant ministère des Chemins de fer de la Chine et supervisé le développement de son célèbre train super-express espérait que l'on fasse preuve d'indulgence à son endroit pour de présumés gestes de corruption, à l'ouverture de l'un des plus importants procès du genre en plusieurs années au pays, dimanche.

Liu Zhijun est accusé d'avoir accepté d'imposants pots-de-vin et d'avoir livré de lucratifs projets à des associés dans une affaire qui pourrait donner une indication des peines auxquelles peuvent s'attendre les hauts responsables dans le cadre de la campagne anti-corruption du nouveau leader chinois Xi Jinping.

M. Liu s'est présenté à une salle de cour de Pékin entouré d'un important dispositif de sécurité. Des voitures de police étaient stationnées autour de l'édifice et des officiers occupaient le trottoir pour empêcher les curieux de s'approcher de l'entrée ou d'un groupe de journalistes réunis à l'extérieur.

L'avocat de M. Liu, Qian Lieyang, avait fait savoir avant le procès qu'il comptait demander une réduction des accusations qui pèsent contre l'ancien ministre.

Selon les procureurs, l'abus de pouvoir exercé par M. Liu a mené à d'importantes pertes de biens publics. Il a été limogé en février 2011 pour des violations non précisées du code disciplinaire. Quelques mois plus tard, un train super-express a été impliqué dans une collision qui a tué 40 personnes près de la ville de Wenzhou, dans l'est de la Chine.

Plus tôt cette année, Pékin a démantelé le ministère des Chemins de fer et séparé ses branches de réglementation et commerciale dans une tentative de réduire la bureaucratie et d'accroître l'efficacité.

PLUS:pc