NOUVELLES
09/06/2013 03:35 EDT | Actualisé 09/08/2013 05:12 EDT

GP du Canada: Vettel domine de bout en bout, Alonso réussit la remontée du jour

MONTRÉAL - Il n'existe pas de meilleure sensation, pour un pilote automobile, que de dépasser un adversaire après une bataille à la régulière en route vers le podium. Sauf, peut-être, dominer une course de bout en bout et l'emporter après avoir pris le départ de la position de tête.

Sebastian Vettel a vécu le deuxième scénario, dimanche, quand il a survolé le Grand Prix du Canada en route vers la première victoire de sa carrière à Montréal. Fernando Alonso, lui, s'est consolé avec la première manière de faire, alors qu'il a pris le départ de la sixième place pour finalement aboutir au deuxième rang et réaliser la remontée du jour.

Le pilote de l'écurie Ferrari s'est d'abord hissé au troisième rang quand il a dépassé Mark Webber (Red Bull) au 42e tour, quelque temps après que celui-ci eut lui-même enlevé la troisième place à Nico Rosberg (Mercedes). Non content d'avoir remporté cette longue et chaude lutte à trois, Alonso est parti à la poursuite de Lewis Hamilton (Mercedes). L'Espagnol a finalement réussi à dépasser le pilote britannique au début du 64e tour avec l'aide de son DRS, et ce dernier a dû se contenter de la troisième place.

«Il y a eu de bonnes batailles avec Mark, Nico et Lewis. Mais même quand la voiture est rapide, il n'y a aucune garantie quand on se retrouve en duel avec des pilotes aussi talentueux», a noté Alonso, qui a décroché son troisième podium en carrière à Montréal, son premier depuis 2010, alors qu'il avait terminé troisième au volant de sa Ferrari. Il l'avait par ailleurs emporté en 2006 avec Renault.

«C'était plaisant de lutter ainsi avec des pilotes intelligents, et de se sentir en sécurité même si nous roulions à 320 km/h. C'est ça, la vraie course», a par ailleurs lancé le vétéran pilote.

«Ç'a été une bonne bataille, ça s'est fait à la loyale», a quant à lui indiqué Hamilton, dont la voiture a légèrement été touchée par celle d'Alonso. C'était très difficile de le contenir.»

C'était trop demander, toutefois, qu'Alonso aille rejoindre Vettel tellement l'Allemand a survolé la journée. Le pilote de l'écurie Red Bull a complété les 70 tours du tracé de 4,361 km plus de 14 secondes devant la Ferrari, alors que la pluie des derniers jours a fait place à du temps plutôt ensoleillé malgré un ciel partiellement nuageux. Quand Vettel a franchi la ligne d'arrivée, il avait plus d'un tour d'avance sur tous les pilotes sauf quatre.

Cette domination, Vettel ne l'a toutefois pas forgée sans mal puisqu'il a frôlé la perte de contrôle à quelques reprises.

«Je poussais très fort au début pour me bâtir la meilleure avance possible», a expliqué le pilote allemand qui, grâce à sa troisième victoire de la saison, a augmenté à 36 points son avance au classement des pilotes sur Alonso, deuxième.

«J'avais beaucoup de vitesse en début de course, alors je voulais en profiter étant donné qu'il est difficile de prédire ce qui va se passer par la suite, avec les changements de pneus qui peuvent modifier le rythme de la voiture et le nombre d'arrêts aux puits qui est toujours susceptible de changer», a noté Vettel, qui a finalement fait deux arrêts à l'instar d'Alonso et Hamilton.

La victoire fait en sorte que Vettel pourra maintenant oublier sa bourde d'il y a deux ans, quand il menait dans le dernier tour mais avait dû se contenter de la deuxième place après avoir été dépassé par Jenson Button.

«C'était important pour nous de gagner ici, mais nous n'étions pas désespérés, a précisé Vettel. Nous avons quand même bien fait ici dans le passé, il n'y avait aucune honte à se présenter ici même si nous n'avions jamais décroché la victoire, alors je ne me suis pas levé ce matin en pensant qu'il fallait absolument gagner... Mais je suis très content, parce que c'est un très beau Grand Prix ici.»

Hamilton a fini troisième après avoir passé la quasi totalité de la course en deuxième place, à une quinzaine de secondes de Vettel. Le pilote britannique a accédé au podium pour la quatrième fois de sa carrière à Montréal, quoique c'est la première fois qu'il ne s'est pas retrouvé sur la première marche. C'est la troisième fois qu'il finit troisième cette année, l'ayant fait également en Malaisie et en Chine.

«C'est quand même un bon résultat, considérant que (Vettel et Alonso) étaient rapides, a dit Hamilton, qui en est à sa première année avec Mercedes après avoir quitté McLaren à l'issue de la saison dernière. Je sentais qu'il me manquait un peu d'adhérence à vitesse plus basse.»

Webber (Red Bull) a fini quatrième et Rosberg (Mercedes), cinquième. Kimi Raikkonen (Lotus) a terminé neuvième, ce qui lui a permis de récolter des points lors d'une 24e course d'affilée et ainsi d'égaler le record de Michael Schumacher à ce chapitre.

Parti en fond de grille en raison de sa pénalité de 10 places imposée pour l'incident qu'il a provoqué à Monaco, Romain Grosjean (Lotus) n'a pas terminé dans les points. Il s'est contenté de la 13e place, un rang derrière Button (McLaren).

Le prochain Grand Prix, celui de la Grande-Bretagne, aura lieu le 30 juin à Silverstone.

PLUS:pc