NOUVELLES

USA: une suspecte a été arrêtée dans l'envoi de lettres empoisonnées à la ricine

08/06/2013 10:25 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

TEXARKANA, États-Unis - Une actrice américaine de 35 ans a été arrêtée en lien avec l'envoi de lettres empoisonnées à la ricine destinées au président des États-Unis, Barack Obama, et au maire de New York, Michael Bloomberg.

Shannon Richardson, enceinte et mariée depuis deux ans à Nathaniel Richardson, avait contacté le mois dernier le FBI pour leur faire part de ses soupçons concernant son époux dans cette affaire de lettres, dans lesquelles on menaçait de représailles les défenseurs d'un contrôle des armes à feu. Les forces policières ont toutefois constaté qu'elle avait elle-même fait ces envois, bien que Mme Richardson soutienne toujours que son mari lui a forcé la main pour qu'elle agisse.

Ces allégations étaient détaillées dans des documents déposés à la cour vendredi, alors que Mme Richardson a été arrêtée et accusée d'avoir fait parvenir un document dangereux pour la santé du président. Le porte-parole du procureur fédéral dans cette affaire, Davilyn Walston, a indiqué que la suspecte pourrait écoper d'une peine allant jusqu'à dix ans d'emprisonnement.

Mme Richardson a contacté les autorités le 30 mai pour leur faire part de ses doutes quant aux agissements de son mari, racontant avoir retrouvé à leur domicile de la ricine et des bouts de papier sur lesquels étaient inscrits les adresses postales du président et du maire de New York.

Son époux a de son côté déclaré être satisfait de l'arrestation de Mme Richardson, soulignant qu'ils étaient en cours de divorce et que leur mariage était devenu «insupportable».

Mme Richardson doit comparaître devant le tribunal vendredi prochain pour une audience sur sa détention, et le gouvernement fédéral devrait exiger qu'elle demeure détenue sans caution.

Le FBI enquête toujours dans au moins trois cas de lettres empoisonnées à la ricine, envoyées au cours des deux derniers mois à M. Obama et d'autres personnalités publiques. De telles lettres ont été envoyées à des représentants des autorités à quelques reprises ces dernières années, mais les experts croient que les nombreuses tentatives récentes soient le fait d'individus inspirés par d'autres.

PLUS:pc