NOUVELLES

Les ex-champions Alonso et Button ne sont pas à écarter pour le GP du Canada

08/06/2013 04:31 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Fernando Alonso et Jenson Button n'ont pas réussi à menacer la Red Bull de Sebastian Vettel lors de la séance de qualification du 44e Grand Prix du Canada, samedi après-midi. Mais qu'à cela ne tienne, le meneur au classement des pilotes sait qu'il ne peut ignorer l'Espagnol et le Britannique, qui ont déjà connu leur heure de gloire à Montréal.

Selon Vettel, Alonso a une voiture plus rapide que son rang sur la grille de départ ne l'indique. Le pilote Ferrari a simplement été victime de la malchance et du mauvais temps, estime-t-il.

«C'était très capricieux aujourd'hui, et si tu ne te trouves pas au bon endroit sur le circuit au bon moment, tu peux être plus rapide que tous les autres mais ça ne donne rien de bon, a déclaré Vettel. Nous avons tous vécu la même chose dans une certaine mesure aujourd'hui. Certains l'ont échappé belle et ont pu profiter d'une ouverture, mais ce n'est pas toujours possible d'être en piste quand les conditions sont optimales. En bout de ligne, ça peut faire une grande différence — une demi-seconde, une seconde, même deux secondes par tour.»

Alonso, le champion du Grand Prix du Canada en 2006, a réalisé un chrono d'une minute et 26,504 secondes, terminant à plus d'une seconde de Vettel. Le pilote Ferrari a reconnu que la tâche sera ardue dimanche, mais a confié qu'il ne baissait pas les bras pour autant.

«Nous savions déjà hier (vendredi) que ce serait un week-end très exigeant. La séance de qualifications a été éprouvante, car on ne sait jamais quels pneus sont les bons puisque les conditions varient d'une minute à l'autre. Il fallait aussi analyser chaque virage, parce que certains étaient détrempés tandis que d'autres étaient secs. C'est difficile de trouver les bons réglages, mais c'est très facile d'avoir les mauvais. Nous l'avons vu avec (Felipe) Massa; il s'est retrouvé dans le mur.

«Mais je suis sixième, donc je pourrai me battre pour la victoire (dimanche) si je parviens à être assez rapide en course. J'ignore si la piste sera sèche, mais je sais que ça affectera la stratégie de course de tout le monde. Nous devons donc être intelligents et étudier toutes les options possibles afin de déterminer quelle stratégie sera la meilleure.»

Alonso est présentement impliqué dans la course au championnat des pilotes avec Vettel et Kimi Raikkonen, et la moindre contre-performance pourrait mettre un terme à ses espoirs de reconquérir le titre de champion du monde — qu'il avait acquis en 2005 et 2006. Vettel détient 107 points au championnat des pilotes, contre 86 pour Raikkonen et 78 pour Alonso.

D'autre part, si un pilote au sein du plateau sait qu'il peut remonter un peloton pour se hisser sur la plus haute marche du podium dimanche, c'est bien Button. Le principal intéressé, qui s'élancera de la 14e position, était cependant beaucoup moins confiant de pouvoir répéter son exploit de 2011, alors qu'il s'était élancé du fond de la grille avant de dépasser Vettel pour la victoire au dernier tour.

«Quand tu trouves les bons réglages, ça paraît bien, mais quand tu te trompes, alors tu dis toujours que c'est de la malchance, a expliqué Button. La séance de qualification a été difficile — il y a eu beaucoup de drapeaux jaunes et rouges aux mauvais moments, et de toute évidence je n'ai pu réaliser un bon tour de qualification. Nous verrons ce qui se produira (dimanche), mais de toute évidence ce ne sera pas facile pour nous.»

PLUS:pc