NOUVELLES

Wall Street monte, voyant d'un bon oeil les chiffres de l'emploi américain

07/06/2013 10:05 EDT | Actualisé 07/08/2013 05:12 EDT

Wall Street évoluait en légère hausse vendredi matin, accueillant d'un bon oeil la hausse plus forte que prévu des créations d'emploi aux Etats-Unis en mai, tout en soupesant leur impact sur la politique monétaire américaine: le Dow Jones prenait 0,34% et le Nasdaq 0,18%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'appréciait de 51,60 points à 15.092,22 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 6,32 points à 3.430.37 points.

Le Standard & Poor's 500 s'adjugeait 0,31% (+4,99 points) à 1.627,55 points.

Wall Street avait achevé dans le vert une séance erratique jeudi, à la veille de la publication des chiffres de l'emploi: le Dow Jones avait avancé de 0,53%, à 15.040,62 points et le Nasdaq de 0,66%, à 3.424.05 points.

Dans le sillage de leurs homologues européens, les indices boursiers new-yorkais réagissaient favorablement à un rapport mensuel très attendu sur l'emploi aux Etats-Unis, jugé crucial pour évaluer la solidité de la reprise économique américaine.

Ce bon accueil se devait d'une part à "des créations d'emplois qui ont légèrement surpris à la hausse", a noté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Les créations d'emplois ont en effet augmenté plus qu'attendu en mai aux Etats-Unis, le pays générant 175.000 emplois ce mois-là contre 159.000 embauches nettes attendues.

Mais, la hausse des indices se devaient aussi "à l'aspect mitigé de ce rapport mensuel dans son ensemble qui apaise les craintes que la Réserve fédérale américaine (Fed) ralentisse d'ici peu le rythme de ses injections de liquidités" dans le circuit financier américain, ont relevé les experts de Charles Schwab.

En effet, si l'emploi est meilleur que prévu, le taux de chômage a légèrement augmenté en mai par rapport au mois précédent, à 7,6%, surprenant les experts qui misaient sur un taux inchangé à 7,5%.

Or, la banque centrale américaine, qui rachète quelque 85 milliards de dollars par mois en actifs financiers, notamment en bons du Trésor, a conditionné la poursuite de ce soutien énorme à l'économie américaine à l'amélioration de la conjoncture, notamment de l'emploi.

L'incertitude des investisseurs face à ces chiffres était "plus visible sur les autres marchés", a noté M. Cardillo, "notamment sur celui des matières premières, dans le rouge, et des changes", avec un léger accès de faiblesse du dollar.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,099% contre 2,075% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,266% contre 3,232%.

ppa/sl/are

PLUS:afp