NOUVELLES

USA: Assange inquiet pour la source des révélations sur le renseignement

07/06/2013 11:28 EDT | Actualisé 07/08/2013 05:12 EDT

La source à l'origine des fuites sur le programme d'espionnage américain d'internet risque de se retrouver dans la même situation que Bradley Manning, jugé pour avoir fourni des milliers de documents secrets à WikiLeaks, a estimé vendredi Julian Assange, le fondateur du site.

"Demandons-nous si la personne qui a révélé ces informations --et il y en a encore à venir-- ne sera pas exactement dans la même position que Bradley Manning aujourd'hui", a déclaré Julian Assange, interrogé en duplex sur CBS.

Le soldat Bradley Manning comparaît actuellement devant une cour martiale, devant laquelle il est notamment poursuivi pour collusion avec l'ennemi. L'ancien analyste du renseignement en Irak, qui a reconnu avoir divulgué 700.000 documents militaires et diplomatiques confidentiels au site WikiLeaks, encourt la prison à vie.

"Les gens ont le droit de savoir ce que le gouvernement fait en leur nom", a estimé M. Assange. "Cela ne signifie pas que chaque détail doit être rendu public, mais que l'on doit connaître au moins suffisamment d'éléments pour comprendre ce qu'il se passe réellement", a-t-il poursuivi.

"Et il est évident que personne, aux Etats-Unis ou dans le monde, n'était au courant, en détail, de ces vastes programmes d'espionnage", a-t-il conclu.

Le renseignement américain récolte les relevés téléphoniques aux Etats-Unis et aurait accès aux serveurs de groupes informatiques comme Google et Facebook, des pratiques héritées de l'ère Bush et approuvées par l'administration de Barack Obama, ont révélé jeudi le Washington Post et la quotidien britannique The Guardian.

La classe politique américaine a vivement réagi aux révélations sur ces pratiques, dont l'existence était soupçonnée mais n'avait encore jamais été confirmée.

Julian Assange, âgé de 41 ans, s'est réfugié le 19 juin 2012 à l'ambassade équatorienne à Londres afin d'échapper à une extradition vers la Suède pour une affaire de viol, dans laquelle il clame son innocence.

Il craint d'être à terme transféré vers les Etats-Unis et d'y encourir la peine de mort ou la prison à vie pour la divulgation de documents confidentiels sur WikiLeaks.

mdm/jca

PLUS:afp