POLITIQUE

« Les conservateurs confondent argent public et argent du parti » - Thomas Mulcair

07/06/2013 11:52 EDT | Actualisé 07/08/2013 05:12 EDT
CP

L'existence d'une caisse secrète au bureau du premier ministre Harper, dont CBC révélait l'existence jeudi, montre que les conservateurs ne font pas la distinction entre les affaires du parti et celles du gouvernement, selon le chef de l'opposition officielle à Ottawa, Thomas Mulcair.

« [Les conservateurs] ne veulent pas admettre qu'ils avaient un fonds occulte d'un million de dollars maintenu par quelqu'un payé par l'argent des contribuables dans le bureau du premier ministre. [Ça démontre] une confusion totale entre l'argent public et l'argent du parti, entre ceux qui travaillent pour le parti et ceux qui travaillent pour l'État. Cette immersion dans ce monde nous fait réaliser à quel point Stephen Harper est en eaux troubles », a affirmé le chef néo-démocrate en conférence de presse vendredi, à Ottawa.

Jeudi, le réseau anglais de Radio-Canada révélait que l'ex-chef de cabinet du premier ministre Harper, Nigel Wright, contrôlait une caisse secrète au moment où il a signé un chèque de 90 000 $ au sénateur Mike Duffy pour le remboursement d'allocations perçues de façon irrégulière. Le réseau rapportait que pareille caisse n'avait jamais existé avant le gouvernement Harper.

Selon Thomas Mulcair, ces révélations rendent encore plus nécessaire la transparence complète de la part du gouvernement. Il voit dans ces dernières révélations la confirmation de tous ses soupçons.

C'est pourquoi, selon M. Mulcair, la solution idéale est de voir le chèque en question fait par M. Wright pour le remboursement des dépenses du sénateur Duffy.

« Les conservateurs disent n'importe quoi depuis le départ. Au début, c'était le bureau du premier ministre qui avait payé; ensuite, on a dit que c'était le Parti conservateur, et ensuite c'était des fonds personnels de Nigel Wright. Est-ce que c'était un compte en fidéicommis ou un compte personnel? Il reste qu'ils avaient une caisse d'un million dans le bureau du premier ministre », soutient M. Mulcair.

L'existence de ce budget partisan est admise à la fois par le bureau du premier ministre et le Parti conservateur.

Le porte-parole de Stephen Harper maintient qu'il n'y a rien d'anormal ou d'illégal dans l'existence de ce fonds, provenant du Parti conservateur et dédié à certaines dépenses du premier ministre, même si ce fonds est géré par le chef de cabinet du premier ministre.

Le directeur des communications de M. Harper, Andrew McDougall, a confirmé vendredi que cet argent a toujours été géré par le chef de cabinet. Normal, selon lui, puisque le chef de cabinet gère tout le budget au bureau du premier ministre. C'est lui, selon M. McDougall, qui peut décider quoi facturer à l'État et quoi facturer au parti.

À la suite des révélations concernant les dépenses injustifiées du sénateur et ce chèque de 90 000 $, M. Duffy siège maintenant comme sénateur indépendant et M. Wright a démissionné.