NOUVELLES

Les policiers auront à l'oeil le niveau sonore des motos

07/06/2013 02:08 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

La police de Montréal et plusieurs corps policiers de la province s'attaquent à un problème saisonnier : le niveau sonore trop élevé des motocyclettes. Les motocyclistes contrevenants pourraient recevoir une amende.

Les policiers montréalais ont essayé mercredi soir pour une toute première fois leur sonomètre, un nouvel outil qui mesure le bruit qu'émet une motocyclette.

Dans le cadre du projet pilote de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) auquel participent plusieurs corps de police dans différentes régions de la province, des motocyclistes sont interceptés et doivent soumettre leur véhicule à un test sonore.

Le motocycliste doit faire tourner son moteur à une vitesse prédéterminée en fonction du nombre de cylindres, pendant qu'un policier prend une mesure.

« Quand on dépasse [le niveau autorisé], on peut avoir une amende de 100 $ plus les frais. Les policiers peuvent vous intercepter dans un rayon de 15 km pour vous amener à un site pour vérifier. On ne peut pas mener cette opération sur des coins de rue à Montréal. On doit le faire dans un stationnement. Quelqu'un qui refuserait de suivre le policier s'expose à une amende de 200 $ plus les frais », explique André Durocher, inspecteur à la Division de la sécurité routière et de la circulation du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Motocyclistes interceptés à Montréal

Lors de l'opération menée par le SPVM à laquelle Radio-Canada a assisté, une quinzaine de motocyclistes ont été interceptés et sept n'avaient pas de moto conforme.

« Je suis très déçu, je suis un peu fâché, c'est désagréable », dit Jean-Sébastien, dont la moto n'était pas conforme, le bruit s'élevant à 109 décibels, alors qu'il ne devait pas dépasser 100 décibels.

« J'étais vraiment inquiet, mon "muffler" était vraiment 50-50, c'était quand même assez bruyant, mais ils ont dit que c'était correct, alors je suis bien content, je n'ai rien à dire », dit cet autre motocycliste, dont le niveau sonore de sa moto était de 96 décibels.

« Moi, je préfère faire un peu de bruit et toucher une facture de 161 $ plutôt que de me faire frapper », dit cet autre motocycliste.

« On n'en a pas contre les motocyclistes, simplement contre le bruit pour tout le monde », dit l'inspecteur André Durocher.

Le projet pilote sera d'une durée de trois ans et plusieurs opérations sonomètre auront lieu cet été.

D'après le reportage de Karine Bastien

PLUS:rc