NOUVELLES

Alison Redford a un accueil favorable au Nouveau-Brunswick pour l'oléoduc

07/06/2013 02:02 EDT | Actualisé 07/08/2013 05:12 EDT

FREDERICTON - Le plus important défi pour l'économie canadienne est d'améliorer l'accès aux marchés internationaux, a fait valoir vendredi la première ministre albertaine Alison Redford, alors qu'elle accroît ses efforts pour promouvoir un projet de transport du pétrole dans l'est du pays.

Mme Redford s'est exprimée à l'assemblée législative du Nouveau-Brunswick dans le cadre d'une visite dont l'objectif était de faire avancer le projet de développement d'un oléoduc d'ouest en est. La proposition reçoit un accueil favorable du gouvernement du premier ministre néo-brunswickois David Alward.

L'une des raisons pour lesquelles le projet devrait aller de l'avant, a plaidé Alison Redford, est le fait que l'Alberta ne dispose pas d'un accès direct aux routes commerciales maritimes.

Selon la première ministre, cela a eu pour effet de creuser un trou de 6 milliards $ dans la colonne des revenus pour la province cette année.

À l'issue de son discours, la première ministre a déclaré qu'elle ne s'inquiétait pas de l'opposition des environnementalistes, un enjeu qui a freiné considérablement la progression des projets d'oléoduc Keystone XL et Northern Gateway.

TransCanada prévoit convertir un gazoduc existant de 3000 kilomètres pour transporter le pétrole brut de l'Alberta jusqu'au Québec, avec la possibilité d'y ajouter un tronçon jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Les choix que fera le Canada en matière énergétique auront un impact sur la capacité des gouvernements à financer les systèmes de santé et d'éducation, a fait valoir Alison Redford devant les législateurs.

David Alward estime qu'il s'agit d'une proposition qui a du mérite. Il y a quatre mois, le premier ministre s'était rendu en Alberta pour appuyer son homologue albertaine et faire une visite des sites d'extraction des sables bitumineux.

PLUS:pc