NOUVELLES

Wall Street légèrement dans le vert, aidée par un chiffre de l'emploi américain

06/06/2013 10:07 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

Wall Street évoluait en légère hausse jeudi matin, digérant un indicateur encourageant dans l'emploi américain mais s'interrogeant toujours sur l'orientation future de la politique monétaire des Etats-Unis: le Dow Jones s'appréciait de 0,17% et le Nasdaq de 0,34%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average gagnait 25,19 points à 14.985,78 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 11,40 points à 3.412,88 points.

Le Standard & Poor's 500 avançait de 0,22% (+3,61 points) à 1.612,51 points.

Wall Street avait nettement reculé mercredi, déçue par des chiffres économiques en demi-teinte aux Etats-Unis: le Dow Jones avait dégringolé de 1,43%, à 14.960,59 points, et le Nasdaq de 1,27% à 3.401,48 points.

Les grands indices de la place new-yorkaise étaient retombés à des niveaux plus vus en un mois.

Ils recevaient du soutien jeudi à l'ouverture du côté de l'emploi aux Etats-Unis, où les inscriptions au chômage ont enregistré un recul plus important que prévu au cours de la dernière semaine de mai.

Quelque 346.000 demandes d'allocations chômage ont été déposées pour la semaine achevée le 1er juin, soit moins que les attentes des analystes qui tablaient sur 348.000, et un recul de 3% par rapport à la semaine précédente.

Il s'agit d'un signe "encourageant", ont souligné les experts de la banque Wells Fargo, à la veille du rapport mensuel sur l'emploi et le chômage dans le pays en mai, un indicateur très attendu, jugé essentiel pour évaluer la reprise économique de la première puissance mondiale.

Mais d'un autre côté, les investisseurs "craignent que la Réserve fédérale américaine (Fed) ne ralentisse ses rachats d'actifs" en cas d'amélioration notable de la conjoncture économique américaine, ont relevé les experts de Charles Schwab.

En effet, la politique très expansionniste de la banque centrale américaine a largement participé à l'essor des indices boursiers ces derniers mois.

Wall Street digérait également les nouvelles en provenance d'Europe, alors que la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de laisser son taux inchangé à 0,50%, son plus bas niveau historique.

L'institution a également révisé à la hausse ses prévisions de croissance en zone euro en 2014, un signal jugé de bon augure par les opérateurs.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,118% contre 2,100% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,277% contre 3,260%.

ppa/sl/are

PLUS:afp