NOUVELLES

USA: des millions de données téléphoniques livrées au renseignement (presse)

06/06/2013 08:26 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

L'opérateur téléphonique américain Verizon livre quotidiennement les données téléphoniques de millions de ses abonnés à l'Agence nationale de sécurité (NSA), une des principales agences de renseignement des Etats-Unis, affirme le quotidien britannique The Guardian.

Chaque jour, Verizon doit donner à la NSA les informations sur "tous les appels téléphoniques de son système, passés à l'intérieur des Etats-Unis et entre les Etats-Unis et d'autres pays", selon une ordonnance secrète d'un tribunal fédéral relatif au renseignement étranger, citée par le journal.

La collecte par les services de renseignement d'informations téléphoniques est un "outil crucial" pour lutter contre le terrorisme, a commenté jeudi matin un haut responsable américain, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Sans confirmer explicitement les faits, ce dernier a insisté sur le fait que le document publié par le Guardian "ne permettait pas au gouvernement d'écouter les conversations téléphoniques de quelqu'un" et ne portait pas sur "le contenu des communications ou le nom des abonnés".

Il s'agit de "métadonnées, tels qu'un numéro de téléphone ou la durée d'un appel", a souligné ce responsable.

L'ordonnance publiée par le journal est datée du 25 avril autorise le gouvernement à obtenir ces données pendant trois mois, soit jusqu'au 19 juillet.

Le Guardian souligne que l'administration de Barack Obama a "collecté en vrac les données téléphoniques de millions de citoyens américains sans distinction (...), qu'ils soient ou non soupçonnés d'un quelconque méfait".

Sous la présidence de George W. Bush, la NSA avait entrepris --après les attentats du 11 septembre 2001-- de collecter secrètement beaucoup de données téléphoniques, d'emails et internet.

En 2006, le quotidien américain USA Today avait révélé que la NSA "collectait secrètement les données téléphoniques de dizaines de millions d'Américains, en utilisant des éléments fournis par (les opérateurs) AT&T, Verizon et BellSouth", et ce dans le but de "détecter des activités terroristes".

Mais "jusqu'à maintenant, il n'y avait pas eu d'informations selon lesquelles le gouvernement Obama aurait mis en place un tel programme", souligne The Guardian.

mdl-are/jca

PLUS:afp