NOUVELLES

Rome demande l'aide d'Ottawa sur des meurtres mafieux en Sicile (presse)

06/06/2013 11:18 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

Les policiers italiens ont demandé l'aide de leurs homologues canadiens dans une enquête sur l'assassinat récent en Sicile de deux gangsters italo-canadiens, liant cette affaire à la guerre de la mafia qui secoue Montréal, rapporte jeudi le quotidien National Post.

Les carabiniers avaient découvert il y a un mois, dans une décharge, les corps calcinés de Juan Ramon Fernandez, 57 ans, connu comme "Joe Bravo", et de Fernando Pimentel, 36 ans. Ces deux hommes étaient soupçonnés de trafic d'héroïne et d'oxycodone - un analgésique stupéfiant - entre la Sicile et le Canada, en association avec un clan de la mafia des environs de Palerme.

La police italienne avait rapidement arrêté deux "hommes d'honneur" de la mafia, les frères Scaduto, soupçonnés de ce meurtre.

Les enquêteurs estimaient déjà à l'époque que l'ordre de tuer Fernandez et Pimentel était venu du Canada et était lié à une guerre de territoires entre deux groupes rivaux de la mafia au Canada, la famille de Vito Rizzuto et un nouveau clan dirigé par le Québécois Raynald Desjardins.

Selon le National Post de jeudi, les enquêteurs italiens ont identifié un avocat québécois qui serait un acteur majeur dans cette affaire. Il était proche tant des présumés assassins que de leurs victimes, tous d'anciens résidents permanents canadiens.

Ils ont demandé à la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) d'enquêter sur cet homme, qui aurait entretenu des communications fréquentes avec ces différents gangsters et, selon une source du quotidien canadien, faisait office d'intermédiaire.

"Un ordre (comme celui de tuer M. Fernandez) ne peut venir que de quelqu'un de haut placé dans la mafia au Canada", a déclaré au National Post le lieutenant-colonel Fabio Bottino, qui commande à Palerme une unité de la police dédiée à la mafia.

Interrogées par l'AFP, les autorités canadiennes se sont refusées à tout commentaire dans l'immédiat.

sab/via/are

PLUS:afp