NOUVELLES

Des faiblesses décelées sur le pipeline d'Enbridge inquiètent

06/06/2013 06:32 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Une résidente de Saint-André-d'Argenteuil craint pour sa sécurité après avoir appris qu'il y a plusieurs points faibles dans l'oléoduc d'Enbridge qui passe dans son terrain, le même pipeline dont le flot doit être inversé pour transporter le pétrole de l'Ontario vers Montréal.

Claire Durocher a découvert de l'huile dans une flaque d'eau sur son terrain.

Mais le porte-parole d'Enbridge affirme qu'il n'y a pas de lien à faire. « Ce n'était pas un produit qui appartenait à Enbridge, ce n'était pas relié à notre opération de pipeline », a déclaré le porte-parole de l'entreprise, Éric Prud'homme.

Néanmoins, un sous-traitant d'Enbridge a annoncé à Claire Durocher qu'il avait découvert six points névralgiques dans l'oléoduc et qu'il faudrait peut-être creuser pour les réparer.

« Au printemps, Enbridge a passé trois sondes pour vérifier les anomalies. C'est un programme d'entretien préventif qui se fait en continu, aux cinq à sept ans », affirme Éric Prud'homme.

Cette année, Enbridge investit 800 millions de dollars dans l'entretien de son réseau, dont la ligne 9, qui passe chez Mme Durocher, une conduite qui aura bientôt 40 ans.

Il y a trois ans, un autre pipeline d'Enbridge a déversé près de 4 millions de litres de pétrole dans la rivière Kalamazoo, au Michigan.

« Ce qui nous préoccupe, c'est la capacité de l'entreprise à gérer les cas de déversements et les risques associés à cela », explique Agnès Grondin, conseillère en environnement à la MRC d'Argenteuil.

Les maires des municipalités membres de la MRC d'Argenteuil devraient prendre position la semaine prochaine sur le projet d'Enbridge de renverser la direction du flot de pétrole dans son pipeline.

Avec le reportage de Denis-Martin Chabot