NOUVELLES

Nadal a retrouvé sa touche à Roland Garros avant son choc contre Djokovic

06/06/2013 11:40 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

PARIS - Rafael Nadal était tellement grognon, la semaine dernière, qu'il se voyait déjà rentrer à la maison à Majorque pour aller à la pêche.

Puis, la métamorphose. Nadal se tenait au filet, à la suite de sa plus récente victoire aux Internationaux de France, arborant son sourire en coin habituel, avec un peu de terre rouge asséchée sur un bras, une jambe et même à l'endos de son chandail, savourant le moment.

La pêche peut attendre, l'Espagnol ayant retrouvé son rythme de croisière à Roland Garros avant son affrontement de demi-finale contre le favori Novak Djokovic, vendredi.

Après avoir accusé un retard dans chacun de ses trois premiers matchs, Nadal a remporté 12 sets d'affilée. Il montre une fiche de 57-1 à Roland Garros et il tente d'être le premier homme qui gagne le même tournoi majeur huit fois.

«Je joue réellement mieux, affirme-t-il. J'avais dit que je devais faire des ajustements. J'étais confiant d'y arriver, et c'est ce que j'ai fait.

«C'est toujours comme ça pour moi: plus je me rends loin dans un tournoi, mieux je joue habituellement. C'est la même rengaine cette année.»

Il est donc fin prêt à raviver la forte rivalité que Djokovic et lui ont ensemble.

Le gagnant se mesurera en finale, dimanche, au vainqueur de l'autre demi-finale entre l'Espagnol David Ferrer, quatrième tête de série, et le Français Jo-Wilfried Tsonga, sixième.

Tsonga tente d'être le premier Français sacré champion dans sa cour depuis Yannick Noah en 1983, et les Parisiens pourraient voir ce match comme étant le principal de la journée de vendredi.

Mais le choc Nadal-Djokovic a des allures de finale. C'était un duel très attendu depuis le tirage au sort, il y a deux semaines.

En raison de la longue inactivité de Nadal dernièrement, Djokovic et lui se sont retrouvés du même côté du tableau.

Avec comme résultat qu'ils vont s'affronter avant la finale d'un tournoi majeur pour la première fois en cinq ans.

Même si les joueurs de tennis sont reconnus être plaignards, la situation n'agace pas Nadal et Djokovic.

«Je ne veux pas parler de ça, tranche Djokovic. Ça va être un bon match.»

Nadal a un dossier de 19-15 contre Djokovic, incluant 12-3 sur terre battue, 6-3 dans les tournois de Grand Chelem et 4-0 aux Internationaux de France. Nadal l'a défait en finale à Roland Garros, l'an dernier. Mais il réfute être le favori pour l'emporter.

«Ça m'est égal, mentionne-t-il par la voix d'un interprète. Franchement, quels autres mots pourrai-je utiliser pour vous le dire? Je m'en fous éperdument.

«J'essaie simplement de faire de mon mieux et le dernier de mes soucis est de savoir si je suis le favori ou non.»

Il sait trop bien que Djokovic est excellent sur terre battue. Le Serbe a remporté le dernier duel entre les deux en finale du tournoi de Monte Carlo, il y a six semaines.

«C'est difficile de faire des comparaisons, soulève Djokovic, parce que nous jouons des matchs au meilleur de cinq ici, pas des deux de trois.

«Cela dit, il y a peut-être un avantage psychologique si vous avez gagné ou perdu contre quelqu'un dans des affrontements précédents.

Djokovic argue que son style de jeu peut embêter Nadal parce qu'il peut être combatif, comme il peut tout autant bien se défendre et déployer un bon jeu de transition.

«Je serai confiant en me présentant sur le court. Je sais ce qu'il faut pour le vaincre», a résumé Djokovic, qui a une fiche de 33-4 cette année.

Il a été un des deux joueurs qui ont défait Nadal depuis son retour au jeu, en février. Depuis son rétablissement d'une blessure au genou gauche, Nadal a remporté 41 des 43 matchs qu'il a disputés, tout en gagnant six tournois.

PLUS:pc