NOUVELLES

Mahmoud Abbas assermente un nouveau gouvernement en Cisjordanie

06/06/2013 02:47 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

RAMALLAH, Territoire palestinien - Le président de l'Autorité palestinienne a assermenté jeudi un nouveau gouvernement dirigé par un universitaire sans expérience politique, dans une apparente tentative de Mahmoud Abbas de consolider son pouvoir.

Le premier ministre sortant, Salam Fayyad, était un politicien indépendant qui s'est souvent disputé avec M. Abbas, mais qui était soutenu par les pays occidentaux pour sa capacité à assainir les finances publiques en Cisjordanie.

M. Fayyad a démissionné en avril, après des mois de conflits syndicaux provoqués par la crise financière au sein de l'Autorité palestinienne.

Le nouveau premier ministre, Rami Hamdallah, est un proche du Fatah et il devrait suivre à la lettre les instructions de Mahmoud Abbas. Ce professeur d'anglais était doyen de l'université An Najah de Naplouse depuis 15 ans et il dirige la commission électorale palestinienne depuis 2002.

M. Hamdallah aura deux adjoints, dont un chargé des affaires économiques, apparemment pour palier son manque d'expérience politique.

En assermentant un nouveau gouvernement jeudi, Mahmoud Abbas a déclaré que les perspectives de paix avec le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, restaient minces.

En vertu d'un précédent accord d'union, M. Abbas devait former un gouvernement intérimaire composé de technocrates de la bande de Gaza et de la Cisjordanie qui aurait été chargé de préparer de nouvelles élections, mais les deux camps n'ont pas réussi à s'entendre sur les détails de l'accord, notamment sur la durée du mandat d'un tel gouvernement avant l'organisation d'un scrutin.

«Ce gouvernement était censé être un gouvernement d'union sur la voie de la réconciliation», a déclaré Mahmoud Abbas lors de la cérémonie. «Mais nous ne nous sommes pas entendus sur les élections. Il n'y a eu aucun signe positif de nos frères du Hamas pour parvenir à un accord sur les élections.»

Le président de l'Autorité palestinienne a laissé entendre que le gouvernement de M. Hamdallah serait temporaire, sans pouvoir dire pendant combien de temps il resterait en poste.

PLUS:pc