NOUVELLES

L'ancien conservateur Rathgeber refuse de céder son siège de député

06/06/2013 02:23 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

ST-ALBERT, Alta. - Le député albertain Brent Rathgeber a déclaré jeudi qu'il quitte le caucus conservateur parce qu'il ne peut plus supporter de se faire dire quoi faire par de jeunes non-élus au cabinet du premier ministre.

«Il est difficile, en tant qu'avocat et député, de constater que mon rôle est d'obéir à des maîtres deux fois plus jeunes que moi au cabinet du premier ministre, qui me disent comment voter sur certains dossiers, qui me dictent les questions à poser à des témoins lors des réunions de comité, qui doivent approuver mes déclarations de député», a confié jeudi l'homme de 48 ans à des journalistes dans son bureau de circonscription albertain.

«Je crois que les législateurs comme moi doivent indiquer clairement (...) que nous ne lirons pas les discours écrits par du personnel du cabinet du premier ministre, que nous ne voterons pas comme des otaries bien dressées.»

Brent Rathgeber a quitté mercredi le caucus conservateur et siège désormais comme député indépendant. Il reproche au gouvernement Harper «son manque d'engagement en matière de transparence».

Le député affirme croire sur parole le premier ministre lorsqu'il affirme ne pas être au courant de l'entente conclue entre son ex-chef de cabinet Nigel Wright et l'ex-sénateur conservateur Mike Duffy pour rembourser la dette de 90 000 $ de ce dernier. Selon M. Rathgeber, cet événement soulève d'autres inquiétudes.

«Cela crée un autre problème: le cabinet du premier ministre ne semble être redevable à personne, pas même au premier ministre», a-t-il dit. «Je crois qu'il se passe beaucoup de choses au cabinet, à propos desquelles M. Harper n'est même pas informé.»

Lors de sa conférence de presse, jeudi, il a déclaré qu'il trouvait «particulier» («rich») qu'un responsable du cabinet de Stephen Harper lui ait suggéré de démissionner et de se présenter à nouveau lors d'une élection complémentaire.

Brent Rathgeber a fait remarquer que c'est ce même gouvernement Harper qui a accepté d'accueillir dans ses rangs un député de la Colombie-Britannique qui venait tout juste d'être élu sous la bannière libérale en 2006.

Le député démissionnaire a ajouté que le gouvernement ne semblait pas comprendre qu'il n'avait pas le pouvoir de le contraindre à quitter son siège. «Le Parti conservateur ne possède pas ce siège seulement parce que je l'ai gagné pour eux aux dernières élections.»

Il a précisé qu'il fera ce que ses commettants attendent de lui, et que ces derniers semblent, selon les premières indications, appuyer sa décision.

M. Rathgeber n'a pas précisé s'il se présenterait au prochain scrutin, mais s'il décide de le faire, il tenterait sa chance comme indépendant. «J'évaluerai la situation quelque part en 2015», a-t-il précisé.

Sa décision demeure par ailleurs personnelle, et il n'a pas tenté de rallier d'autres députés à sa cause, souligne-t-il.

M. Rathgeber a été élu pour la première fois aux Communes en 2008, et a conservé son siège en mai 2011.

PLUS:pc