NOUVELLES

L'ado qui aurait abattu son frère de 16 ans à Dorval en janvier demeure détenu

06/06/2013 09:48 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'adolescent qui aurait abattu son frère de 16 ans d'une balle à la tête en janvier dernier, à Dorval, ne pourra quitter le centre de détention où il se trouve d'ici la fin de ses deux procès.

C'est ce qu'a décidé la juge Dominique Wilhelmy, jeudi après-midi, en chambre de la jeunesse de la Cour du Québec, à Montréal.

Le garçon, qui était âgé de 12 ans au moment des événements, est en effet accusé d'homicide involontaire, de possession et d'usage d'une arme à feu dans le cas du décès de son frère, survenu le 21 janvier dernier à Dorval.

Il est également accusé de vol qualifié, utilisation d'une voiture sans permission et de possession d'une arme prohibée relativement à un vol survenu dans les jours précédents, accusations pour lesquelles il devra subir un procès séparé.

Dans sa décision, la juge Wilhelmy a estimé que le jeune accusé, qui est aujourd'hui âgé de 13 ans, demeure un danger pour la société. Elle a fait valoir que l'accusé fait usage de marijuana, d'alcool, qu'il a pris la voiture de sa mère en cachette et qu'il s'est avéré difficile à contrôler dans le passé.

«Il s'agit d'un très jeune homme bien installé sur la voie des activités délinquantes», a déclaré la juge.

La procureure de la Couronne, Me Marie-Claude Bourassa, s'est montrée très satisfaite de cette décision.

«Les motifs de détention, c'est une question de protection du public. Le jeune constitue — et c'était notre avis — un danger. Et la juge est d'accord avec ça», a dit la procureure.

Par ailleurs, la défense demandait que le jeune, s'il devait être détenu, qu'il le soit en résidence sous la garde de sa mère et sa grand-mère, comme le prévoient les dispositions de la Loi sur les jeunes contrevenants, ce à quoi la juge Wilhelmy a opposé une fin de non-recevoir.

La juge a rappelé que la mère du garçon niait les problèmes de consommation, l'utilisation de sa voiture à son insu et tout l'épisode du vol qualifié et a conclu qu'elle et sa mère seraient incapables d'exercer l'autorité parentale nécessaire à l'endroit de l'accusé.

«C'est une situation extrêmement triste et la juge l'a reconnu, a indiqué Me Bourassa. Mais la mère et la grand-mère ne sont pas capables, bien qu'elles aient la meilleure volonté du monde, de s'assurer de la protection du public.»

Les parties reviendront en Cour le 12 juin afin de fixer une date pour la suite des procédures.

Le jeune adolescent est passible de trois ans de détention.

PLUS:pc