NOUVELLES

Kenya : 30 millions $ pour des victimes de l'Empire britannique

06/06/2013 05:39 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

Une lourde page de l'histoire coloniale britannique s'est tournée jeudi avec l'annonce d'une indemnisation de près de 32 millions de dollars pour des vétérans Mau Mau. Il y a plus de 60 ans, ces guérilleros du Kenya ont subi une sanglante répression pour s'être révoltés contre les autorités coloniales.

L'air était à la fête à Nairobi, la capitale kényane, lorsque les 160 vétérans Mau Mau qui ont mené cette bataille judiciaire pendant quatre ans ont appris la nouvelle.

« Je rends grâce au ciel que nous soyons encore en vie aujourd'hui pour vivre cela et que nous soyons indemnisés pour les atrocités qui ont été commises », s'est réjoui Habil Molo Ogola, 78 ans.

L'homme raconte avoir été emprisonné et torturé pendant trois ans pour avoir aidé ses amis Mau Mau à s'échapper.

Sans aller jusqu'à présenter des excuses formelles aux victimes, le gouvernement britannique a dit exprimer des regrets « sincères ».

« Le gouvernement reconnaît que des Kényans ont été soumis à des tortures et à d'autres formes de mauvais traitements lorsqu'ils étaient entre les mains de l'administration coloniale », a déclaré le chef de la diplomatie britannique, William Hague, devant la Chambre des communes à Londres.

Une fois les frais d'avocat payés, 5228 Mau Mau recevront un peu plus de 4000 $ chacun.

M. Hague a toutefois minimisé l'importance de cette décision judiciaire, en précisant qu'il ne s'agit pas d'un cas susceptible de faire jurisprudence dans d'autres dossiers relatifs à son passé colonial.

Ce n'est pas l'avis de l'avocat des victimes Mau Mau, Martyn Day, qui y voit plus qu'une victoire symbolique pour le droit des peuples colonisés.

« Il est courageux de reconnaître publiquement pour la première fois la nature horrible du passé du Royaume-Uni au Kenya », a-t-il déclaré, estimant que la somme par plaignant n'était « pas énorme », mais « relativement significative ».

Selon lui, cette décision d'indemniser les victimes de torture pourrait mener des ressortissants d'anciennes colonies britanniques, telles que la Palestine, la Malaisie ou Chypre, à entreprendre une action contre Londres.

La petite histoire des Mau Mau

L'insurrection Mau Mau, qui a duré de 1952 à 1960, fait partie des nombreuses étapes qui ont mené les Kényans à l'indépendance en 1963.

Vêtus de peaux d'animaux et coiffés de rastas, les Mau Mau, issus de la communauté kikuyu, ont tout de même réussi à semer la terreur chez les colons blancs.

Leur stratégie consistait à saccager les terres agricoles des colons qui se installés sur les collines verdoyantes et les fertiles plateaux kenyans autrefois occupés par les Kikuyus.

À l'époque, 32 colons blancs ont été assassinés, mais la Commission kényane des droits de l'homme estime que des dizaines de milliers de Mau Mau sont morts, sans compter les quelque 160 000 emprisonnés sans procès.

Le mouvement est resté officiellement illégal jusqu'en 2003, date à laquelle l'actuel président Mwai Kibaki - un Kikuyu - a levé son interdiction.

En plus des indemnisations, le gouvernement britannique participera à la construction d'un mémorial à Nairobi pour les victimes de tortures et de mauvais traitements pendant l'ère coloniale.

PLUS:rc