NOUVELLES

GLV renoue avec la rentabilité avec un profit de 396 000 $ pour le trimestre

06/06/2013 10:29 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - La compagnie de pâtes et papier et de traitement des eaux GLV a soutenu que son plan de restructuration donnait des résultats probants en faisant état jeudi de ses meilleurs résultats d'exploitation en deux ans, une annonce qui a fait grimper son action.

La société établie à Montréal a conclu son quatrième trimestre avec un léger profit de 396 000 $, une nette amélioration par rapport à la perte encaissée un an plus tôt, mais un résultat en deçà des attentes des analystes.

Le Groupe GLV (TSX:GLV.A) a indiqué jeudi que le bénéfice par action du trimestre clos le 31 mars se chiffrait à un cent. Un an plus tôt, sa perte avait été de 52,8 millions $, ou 1,20 $ par action. Les résultats du trimestre de l'an dernier comprenaient toutefois une charge de dépréciation de 40,9 millions $.

Les revenus ont totalisé 152,4 millions $ au plus récent trimestre, en baisse par rapport à 168,5 millions $, principalement en raison du niveau de commandes dans la division des pâtes et papier.

Les analystes consultés par Thomson Reuters s'attendaient à un bénéfice de trois cents par action et à des revenus de 160,6 millions $.

À la Bourse de Toronto, l'action de GLV a gagné jeudi 20 cents, ou huit pour cent, pour clôturer à 2,70 $.

Le carnet de commandes du Groupe GLV atteignait 380 millions $ à la fin du trimestre — son niveau le plus élevé des cinq derniers trimestres —, propulsé par trois importants contrats annoncés en avril.

«Alors que le plan de recentrage améliorera graduellement notre performance financière au cours du prochain exercice, les progrès accomplis à ce jour ont déjà eu un impact positif sur nos résultats d'exploitation», a affirmé le chef de la direction, Richard Verreault, lors d'une conférence téléphonique.

Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) a été de 7,9 millions $, le meilleur en deux ans, surtout en raison des marges améliorées dans la plupart des segments d'Ovivo (traitement des eaux).

M. Verreault a affirmé que ce «rendement global encourageant» avait été atteint malgré un carnet de commandes moindre dans les pâtes et papier, conséquence du ralentissement économique persistant en Europe et en Asie.

Pour l'ensemble de l'exercice, GLV a indiqué avoir perdu 12,8 millions $, ou 29 cents par action, à partir de revenus de 585,2 millions $. L'année précédente, la perte avait été de 54,1 millions $, ou 1,23 $ par action, avec des revenus de 643,4 millions $.

PLUS:pc