POLITIQUE

Les sages-femmes campent devant l'Assemblée nationale pour de meilleures primes

06/06/2013 07:59 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Des membres du Regroupement Les Sages-femmes du Québec ont campé devant l'Assemblée nationale dans la nuit de mercredi à jeudi. En négociations depuis juin 2011 et après 23 rencontres depuis septembre 2012, elles exigent que Québec règle leur dossier.

La présidente du Regroupement, Claudia Faille, clame que le gouvernement doit faire des offres « acceptables », particulièrement en ce qui concerne les primes de garde et d'horaires défavorables. Mme Faille affirme que les sages-femmes « travaillent au rabais » depuis 15 ans et souhaite un rattrapage majeur de l'entente afin de ramener les conditions de travail « à un niveau acceptable et comparable à tous les professionnels de la santé du réseau ».

Elle fait remarquer que les professionnels du réseau de la santé obtiennent une heure de salaire pour huit heures de garde, alors que les sages-femmes n'obtiennent qu'un dollar par heure de garde. Claudia Faille ajoute qu'aucune prime n'est accordée aux sages-femmes qui travaillent la nuit, le soir ou le week-end.

Par ailleurs, elle indique que le salaire d'entrée d'une sage-femme, qui a les mêmes responsabilités qu'un médecin en obstétrique, est de 50 000 $.

D'après Mme Faille, une trentaine de manifestantes ont participé à l'événement, campant dans au moins 13 tentes devant le parlement. Le Regroupement chiffre à 160 le nombre de sages-femmes au Québec.


INOLTRE SU HUFFPOST

Grossesse: comment bien dormir